Otages du MFDC…Comment les gendarmes ont pu libérer 5 otages…au prix de leurs vies

C’est toujours le mystère sur les exploitants forestiers pris en otage dans la forêt de Sansamba.
Enlèves mercredi dernier par des individus armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratique de Casamance (Mfdc) qui réclament 5 à 10 millions des rançons, les otages qui seraient plus d’une douzaine et dont cinq sont libérés par les gendarmes ne font pas encore signe de vie. Apres trois jours d’opérations de ratissage infructueux dans la zone, l’armée s’est repliée ce vendredi mais veille au grain depuis sa position du secteur 61 de Madina Wandifa.
tout est parti d’un coup de fil du maire de la commune de sansamba dans l’arrondissement de Djibabouya département de Sédhiou à l’adjudant-chef Moussa Ndiaye commandant de la brigade de gendarmerie de Sédhiou de la présence d’hommes armées dans la forêt de sa commune plus précisément entre le village de Koling et Diakhène. Se rendant sur les lieux pour vérifier cette information les hommes en bleu, sont tombés sur « un groupe de personnes armées de fusils de guerre et de pistolets », indique notre source sur place. Il s’en est suivi des échanges de tirs entre les deux groupes. Face à la détermination des pandores, les assaillants ont replié vers le sud. A l’issue de cette confrontation les gendarmes malgré leur nombre réduits ont réussi à libérer 5 personnes parmi la vingtaine prise en otages et ont récupéré deux motos des mains des assaillants. Alertés et venue en renfort, l’armée a trouvé que les assaillants avaient déjà pris la tangente. Ils seraient partis avec une douzaine d’exploitants forestiers. Les otages comme l’indiquent leurs camarades libérés opèrent au compte de la scierie du village de Diango situé sur la Rn4 et dont le propriétaire se nomme Pape Cissé. Ce dernier, menait ses activités de coupes de bois dans le département de Bignona mais vu les multiples ratissages de l’armée dans cette zone et les menaces du mfdc il s’est rabattu sur la zone de Sansamba dans la région de Sédhiou.
Ne souhaitant pas leur laisser piller les ressources forestières ces hommes armés supposés appartenir au MFDC section Salif Sadio seraient au nombre de quatre et semblent déterminés à leur barrer la route en s’opposant à toute forme d’exploitation des forêts en Casamance. Il y a deux mois de cela des coupeurs appartenant à la scierie de diagnon dans le département de Ziguinchor aurait été chassé par ces mêmes hommes dans cette zone de la commune de Sansamba.
Au terme d’une vaste opération de ratissage de la zone l’armée s’est replié et poursuit sa mission dans ces positions.
Perçue comme étant la dernière réserve forestière du pays, la forêt du sud est soumise à une forte pression des exploitants clandestins.
Pour freiner le fléau des jeunes lancent un mouvement ‘’Alerte : Nous en avons marre’’
Selon eux les forêts de la région naturelle de la Casamance font l’objet d’une exploitation illégale et abusive aussi bien par des nationaux que par des sujets étrangers. Cités par nos confrères du journal proche du Mfdc, « journal du pays », ces jeunes à travers le mouvement ‘’Alerte : Nous en avons marre’’ se mobilisent pour dénoncer ceux qui s’adonnent à cette exploitation.
Sanoussy Dia à Sédhiou pour xibaaru.com