Omvs et Omvg…L’exemple d’une cohabitation non-exemplaire d’une hydro-diplomatie entre deux pays

L’Organisation  pour   la   mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) a   reçu   des félicitations  pour sa   politique efficace des   ressources et   infrastructure érigé  sur  le  long du   fleuve.  Elle   est citée  en exemple. Mais  pour  l’Organisation  pour   la  mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) évoluant dans  le même contexte, c’est zéro   félicitation.  L’exemple typique  d’un exemple non-exemplaire d’une   hydro-diplomatie.  Puisqu’ au moment où l’Omvs  se hisse dans sur le toit du monde  pour ses performances, l’Onvg quand a elle s’engouffre dans bout pour  son incapacité à mettre à terme la tension latente entre le Sénégal et la Gambie à propos de l’élection du pont sur le  fleuve pour faciliter le déplacement des  populations des deux  pays.  D’où  les tensions  permanentes entre   le Sénégal et son enclave  la Gambie. Et   pour faire adopter  son concept « d’hydro-diplomatie» au sein du conseil de sécurité des Nations unies,  le Sénégal   doit  résoudre l’équation l’Omvg   pour   espérer faire passer son concept « d’hydro-diplomatie» au sein du conseil de sécurité des Nations unies. C’est le prix à payer pour faire   passer sa   politique au  niveau de   cette instance mondiale de prise de décision où qui vient d’accéder membre non permanant  compte faire   un plaidoyer pour une gestion équitable de ressources   hydrauliques qui sont souvent  sources de tension entre les   pays riverains.   Le  bon et  le mauvais exemple se dresse sur  le chemin du Sénégal   pour   faire ce  concept.

Xibaaru.com