Mouvement à l’EPS de Sédhiou : le SUTSAS interdit d’activité et son secrétaire général muté

La récente sortie musclée du secrétaire général de la sous-section du syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) de l’établissement public de santé de niveau1 (EPS) de Sédhiou faisant état d’un malaise que traverse cette structure sanitaire de premier ordre de la région semble porter un effet boomerang .
Ibrahima lô qui ne voyait pas clair dans la gestion du Directeur et décrivait un hôpital très mal en point est d’abord désavoué par ses camarades de Sédhiou qui, le stoppant dans son élan, comme le Directeur Cheikh Mbaye Seck, parlent « d’agissement crypto personnel ». Pour mieux recadrer leur camarade la sous-section Sutsas de l’Eps de Sédhiou s’est désolidarisée et appelle à un arbitrage du Bureau national (BN) qui n’a pas tardé à réagir.
Evitant des cafouillages le Bn, endeuillé par le décès accidentel ce weekend de son secrétaire chargé des revendications, a suspendu toute activité syndicale de ses membres à Sédhiou à titre de mesure conservatoire qui intervient au même moment que la mutation, du désormais ex secrétaire général du Sutsas de l’Eps1 de Sédhiou à Louga.
Si des responsables syndicaux locaux et l’administration de l’hôpital, sans doute astreints au silence, ne souhaitent pas commenter cette situation tout laisse croire qu’Ibrahima lô, par cette mutation qui l’éloigne de son épouse postée à Ndiamacouta dans le Bounkiling, est en train de récolter les conséquences de sa sortie médiatique qui a secoué l’hôpital.
Très formelles et bien au fait de ce qui, au sujet de l’Eps1 de Sédhiou, se trame au sommet, nos sources révèlent que d’autres têtes vont tomber pour apaiser le climat.
Si tel est vraiment le cas, après Guy Marius, Ibrahima lô, dont le discours serait assimilé « à un appel au soulèvement populaire », devient le deuxième agent de l’Eps de Sédhiou à se faire bruler par le « dieu soleil » qu’est devenu le Directeur. Emmuré derrière un silence bavard, Cheikh Mbaye Seck qui prend encore des galons depuis son installation en 2013 à la tête de cet« hôpital régionale de Sédhiou » peut rire sous cap.
Toujours est-il que l’Eps1 né dans un contexte de régionalisation de Sédhiou évolue laborieusement pour répondre au besoin sans cesse croisant en santé des populations qui ont soif de voir leur hôpital régional émergé comme promu par le Président Macky Sall lors du conseil des Ministres délocalisé.
Sanoussy Dia à Sédhiou pour xibaaru.com