MON PAYS VA MAL !!!

Les images ci-dessus ont été publiées sur les sites en lignes le 10 Août 2015….. La veille il a plu toute la journée à Dakar… et comme nous le savons tous, Dakar est souvent inondé et pour moult raisons que je ne citerai pas ici, parce que ce n’est pas l’objet de mon indignation, la circulation bouchonne partout… alors l’homo senegalensis montre sa vraie nature…son vrai visage.
En regardant ces images, j’ai senti dans mon cœur une douleur profonde, une indicible colère m’est montée à la tête… Ô mon DIEU ce n’est pas possible !!! Le désordre et l’irresponsabilité se sont installés à ce point au Sénégal ? Comment en est – on arrivé là ? Qu’est ce qui s’est passé dans la tête de ce taximan pour qu’il prenne autant de risques (pour lui et les autres) ?
C’est réellement que nous avons atteint le degré le plus élevé de la crise des valeurs. Notre société est à la dérive. Il nous faut nous arrêter un moment pour faire le point. C’est une question de vie ou de mort. Nous courons droit à l’anarchie. Et quand le désordre et l’anarchie s’installent, ce sont les prémices de la tyrannie.
En effet, la belle morale sénégalaise, qui regroupait l’ensemble des valeurs normatives qui régissaient notre vie en société, qui imposaient un modèle de vie, qui désignaient ce qui est bien et mal, juste et injuste, n’existe plus, ou en tout cas, elle est foulée au pied.
Chaque jour, nous assistons à ce genre de spectacles, qui nous font mal parce que nous pensons que notre pays, notre cher Sénégal ne mérite pas cela. Il est temps pour nous de nous poser les bonnes questions, et accepter avec courage de regarder dans quel état est notre pays. Oui, il est temps, largement temps que nous nous déterminions par rapport à nous-mêmes. Le plus important, c’est nous : LES SENEGALAIS !!!
Aucun projet de développement économique et social, appelé PSE ou autre nous engageant sur des années ne pourra réussir si nous n’avons pas de projet de vivre ensemble, ou si ce projet ne s’appuie sur aucune valeur. Mais pour vivre ensemble, nous devons nous poser des questions : Qui sommes-nous ? Où voulons-nous aller ? Avec quels moyens et pour quelle société ? Depuis notre indépendance, qu’avons-nous réalisé de bon ? De mauvais ?
Notre responsabilité collective est plus qu’engagée, les autorités gouvernementales avec toute la bonne volonté du monde, n’y arriveront pas si le sénégalais ne croit pas à son génie, à son potentiel de s’en sortir, de réussir, de créer une société plus juste, plus organisée, tournée vers des vraies valeurs. Le Président de la République, aura procédé tous les premiers lundi de chaque mois à la levée des couleurs, fait le tour des 14 régions du Sénégal, annoncé les meilleurs programmes de développement, mettre toute son énergie et son amour pour le Sénégal : IL N’Y ARRIVERA PAS SI LE SENEGALAIS NE CROIT PAS EN LUI, SI NOUS NOUS NE VOULONS PAS DU PROGRES !!! Et les images ci-dessus attestent bien cela. Si nous voulons être émergent en 2035, c’est bien maintenant qu’il faut commencer à poser les fondamentaux, comprendre et accepter que cette émergence sera pour nos enfants et petits-enfants. Mais pas pour nous. Notre responsabilité est donc de faire l’effort nécessaire maintenant pour que nos enfants puissent jouir des fruits de nos sacrifices dans un Sénégal meilleur. Pour ce faire, nous ne devons pas nous départir des valeurs telles que : honnêteté, la dignité, l’esprit travailleur et cultivé, l’humanité, la fraternité, la solidarité. Ces valeurs qui étaient avant des références sur lesquelles nos anciens se sont toujours appuyés, doivent être aujourd’hui celles qui vont structurer notre société culturelle et politique. Leur ignorance conduit aux égoïsmes que les images ci-dessus montrent. Car rien n’est plus égoïste que de mettre consciemment sa vie en danger et celle des autres.
Isaac CISSOKHO
Docteur en Droit