Mary Teuw Niane sur les OGM : «Il s’agit de gérer les risques pour faire bénéficier des avantages»

 La Journée de la renaissance scientifique de l’Afrique (Jrsa), axée sur le thème des organismes génétiquement modifiés (Ogm) au Sénégal a été célébrée hier. Les experts estiment que les organismes génétiquement modifiés, constituent une réalité économique non négligeable. 

Le président de l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, Doudou Bâ a expliqué l’importance de renforcer les stratégies mises en place pour tirer les meilleurs profits des organismes génétiquement modifiés. Il estime qu’il convient d’exploiter toutes les connaissances disponibles afin de développer une plus grande synergie des acteurs dans le cadre d’une plateforme d’échange susceptible de concilier les différents intérêts au profit de la population. D’après lui, l’incertitude scientifique, concernant l’impact des produits génétiquement modifiés sur l’environnement, crée un climat de méfiance des populations. Pr Ba indique que développement des biotechnologies, constitue une solution pour répondre aux exigences de productions agricoles et de sécurité alimentaire. Celui-ci, sans aliéner les ressources, permettra au pays de réduire la pauvreté.

Ainsi, le ministre de l’Enseignement et de la Recherche, Mary Tew Niane, appréciant l’actualité et la pertinence de la thématique, signale à suffisance la détermination de l’Ansts à occuper sa véritable place dans le dispositif institutionnel national. Parlant de la consommation des Ogm, le ministre dira : « Dès lors, il apparaît important de renforcer la sensibilisation autour des stratégies à mettre en œuvre pour tirer le plus large profit de ces nouvelles technologies tout en s’assurant de la préservation des ressources naturelles et de la santé humaine. Il s’agit particulièrement de gérer les risquesdes OGM pour faire bénéficier de ses avantages (…) L’initiative prise prouve à suffisance que l’Ansts joue son rôle dans la mise en œuvre de la politique de développement économique, social et culturel de notre pays ». Mary Tew Niane a souhaité que cette rencontre puisse donner des recommandations susceptibles d’aider le pays à explorer avec la prudence requise et les opportunités qu’offre l’utilisation des Ogm. Cela, reconnaît-il, va satisfaire les besoins du pays dans le domaine de l’agriculture et de la santé. A cette occasion, l’Ansts décerne le Prix de la meilleure thèse de l’école doctorale, édition 2016, au professeur Abdou Abdallah Malick Diora de l’école doctorale sciences de la vie, de la santé et de l’environnement de l’Ucad.