Mameboye Diao recadre Gackou Tel un professeur face à son étudiant

Le PSE est un programme cher au président de la République, Macky Sall. Pour obtenir son financement, l’Etat n’a pas lésiné sur les moyens de persuasion. Par conséquent, il n’entend pas laisser les opposants le vilipender. C’est ce que justifie la réplique de Mameboye Diao contre Malick Gakou.

La sortie du patron du Grand Parti, Malick Gakou dans les colonnes de nos confrères du journal Le Quotidien le 21 juillet dernier, n’a pas été appréciée par les tenants du pouvoir. Et c’est Mameboye Diao, comme on le constate de plus en plus dans les médias, qui est monté au créneau pour déconstruire les arguments avancés par l’ex-numéro 2 de l’AFP.

Selon le directeur des services fiscaux régionaux, non moins membre de l’APR et responsable politique à Kolda, «Malick Gackou a parfaitement raison de dire que le PSE n’est pas un programme de développement», parce que, fait-il remarquer «le PSE est un Plan».

«Qu’il (Malick Gakou, Ndlr) comprenne qu’il y a une nuance de taille entre un plan et un programme. Le Programme est un ensemble

d’activités ayant un objectif commun ; alors que le plan signifiera la planification des activités dans l’espace et dans le temps en visant à résoudre les problèmes donnés», explique Mameboye Diao.

Tel un professeur face à son étudiant dans un amphithéâtre, M. Diao s’étonne également que le leader du Grand Parti ait déclaré que «le PSE va plutôt renforcer le cycle d’endettement». «Quel est le rapport entre endettement et absence d’émergence ?», s’interroge-t-il. «La sortie récente des institutions financières partenaires stipule que nous avons un endettement correct et sans risque respectant en même temps les critères communautaires de convergences».

Mameboye Diao a tenu tout de même à rassurer l’ancien ministre du Commerce en indiquant que «la lecture du budget de notre pays au titre de l’année 2016 montre que le processus d’autonomisation de nos politiques publiques est devenu réalité». «Pour une fois, ajoute-t-il, on voit que la part des ressources propres 58% est supérieure nettement aux concours financiers externes».

Mameboye Diao dit non plus ne pas comprendre «l’ignorance» dont Malick Gakou a fait montre sur la situation touristique du Sénégal.

Quand le président du GP soutient qu’ »un pays Sud tropical avec 9 mois de Soleil dans l’année qui ne peut avoir 5.000 touristes », l‘homme fort du Fouladou rétorque : «la notion de sud tropical est nouvelle, car le Sénégal est un pays tropical se situant entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne».

Par conséquent ajoute-t-il, «neuf mois de soleil, je voudrais savoir à quelle heure le Soleil se couche chez Gakou, car le Sénégal dispose de 3.000 heures d’ensoleillement par an». Quid des 5.000 touristes ? «Voudrait-il dire 5.000 touristes par jour ? Sur prés de 2 millions d’arrivées par an, il y a 1.995.000 nationaux, résidents et hommes d’affaires ?», conclut l’inspecteur des impôts et domaines