Macky fait un pas de plus vers le référendum du 20 mars…Le journal officiel du Sénégal publie le décret

Le président de la république officialise le référendum. En effet le journal officiel du Sénégal vient de publier le projet de loi portant révision de la constitution avec les 15 points clairement libellés.L’opposition doit arrêter de tergiverser sur un report utopique du référendum. Voici la publication du journal officielle du Sénégal

référendum officiel 1référendum officiel 2

ref 3ref 4ref 5ref 6

6 Comments

  1. L’intangibilité de la laïcité disparaît, donc ? Aidez moi à chercher. Ce serait la preuve que l’avis du CC n’est donc qu’un avis, puisque Macky peut rejeter ce qu’il (le CC) a retenu.

  2. VOUS ETES IGNORANT XEME,ALLER REVOIR TA COPIE ET DE LIRE .
    TA MEMOIRE EST TRES COURTE ,DOUGOUROU DU PRINCE KARIM WADE .

  3. @VERITE;
    Montre juste dans le texte du JO, que tu as sous les yeux, là où il y a l’intangibilité de la laïcité. Ce doit être pourtant très facile de montrer mes mensonges, walla book ?

  4. IL NE FAUT ACCORDER AUCUNE CRÉDIBILITÉ À CES DOCUMENTS. C’EST LE DRAME D’UN’MENTEUR. UNE FOIS QU’IL’EST PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE MENSONGE, PLUS PERSONNE NE LE CROIT.

  5. «Article 26. – Le President de la République est élu au suffrage universcl direct et a la majorite absolue des suffrages exprimés. »
    «Article 27. – La duree du mandat du President dc la République est dc cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consecutifs.

    2 eme Tour supprime.

    Avec 2 Mandats consecutifs, macky pourra faire comme Putin en Russie. etre remplace par Alioune Sall et revenir apres.

  6. ’Association des juristes africains (AJA) recommande à l’Etat du Sénégal d’ouvrir de larges concertations avec tous les acteurs de la société pour permettre aux différentes composantes de la société de s’approprier le projet de révision constitutionnelle.

    Considérant que ’’la Constitution est l’affaire du peuple qui est la source de toute légitimité’’, l’AJA estime dans un communiqué reçu à l’APS que ’’cette option permettrait en outre d’apaiser le climat social’’.

    Selon l’AJA, ’’les réformes institutionnelles ne sont perpétuelles que si elles sont consensuelles et que la liberté et le pouvoir s’exercent dans le cadre de la légalité’’’.

    L’AJA souligne que ’’le Conseil constitutionnel, en réponse à l’avis qui lui avait été demandé par le président de la République, s’est prononcé sur la base du principe selon lequel le Juge constitutionnel peut dans n’importe quelle procédure se saisir d’office’’.

    ’’Il peut ainsi prendre une décision motivée par la menace d’une violation de la Constitution, venant du chef de l’Etat, et que celui-ci, s’il s’écarte de l’esprit de la Constitution peut être ramené à l’Ordre par le juge constitutionnel, y compris même dans la procédure consultative’’, indique l’AJA dans son communiqué.

    Pour ces juristes, ’’le Conseil constitutionnel a pris sa décision sur la base de cette doctrine qui donne au juge constitutionnel une compétence générale sans distinction de la nature contentieuse ou non contentieuse de la requête, ainsi que de l’esprit de l’article 15 de la loi 92-23 modifiée par la loi du 17 février 1999 portant organisation du Conseil constitutionnel du Sénégal’’.

    ’’Le dernier mot revient au peuple souverain’’, ont-ils fait savoir, ajoutant qu’il ‘’appartient à l’exécutif qui a initié la procédure de révision de la Constitution de lui garantir la légitimité populaire la moins contestable possible’’.

Les commentaires sont fermés.