L’UDEN attaque l’Etat et se range du côté des enseignants grévistes

L’Union démocratique des enseignants de Sénégal (Uden) est sortie de sa réserve, hier, pour se désoler de la posture adoptée par l’Etat à contraindre les enseignants à rendre les notes. «Alors que l’on croyait à un possible dégel dans la crise de confiance dans les rapports entre syndicats de l’éducation et autorités gouvernementales, suite à la suspension du mot d’ordre du Fuse, voilà que c’est l’escalade avec les représailles contre les collègues», se désole l’Uden qui regrette les ponctions sur les salaires, les mises en demeure et réquisitions et les scènes d’humiliations des enseignants. «La coupe est pleine pour ce début du mois de juin de sinistre mémoire…», clame l’Uden, à travers une déclaration. Ne pouvant pas rester insensible devant une telle situation, «l’Uden tient à marquer sa solidarité envers les camarades qui risquent de passer le mois de Ramadan dans un surplus de précarité».

Elle s’indigne de «cette façon impertinente de gérer une situation déjà préoccupante, par la force, à la place du tact et de la persuasion, moyens les plus appropriés», ajoute le texte qui parle de «non-respect des procédures dictant, avant toute retenue sur salaire, de présenter les états des heures et jours dus aux agents concernés». L’Uden exige du reste «le remboursement immédiat des sommes retenues abusivement». Pour une pacification durable de l’espace scolaire, «l’Uden invite les facilitateurs à s’investir pour amener le gouvernement à œuvrer pour le retour de la stabilité dans le système éducatif, notamment par le respect de sa signature et des nouveaux délais qu’il a lui-même donnés, ainsi que l’ouverture des négociations sur le système indemnitaire. Elle rappelle également «au bon souvenir du gouvernement, sa propre plateforme dont le préavis a expiré depuis le 28 mars dernier».