Louga : un CRD spécial pour mettre de l’ordre dans le secteur de l’Art

À Louga, sous la présidence de l’adjoint au Gouverneur s’est tenu ce lundi 26 octobre 2015 un Comité Régional de Développement (CRD) spécial pour la structuration du secteur de l’art et de la production artistiques à l’échelle régionale. Les questions évoquées ont essentiellement porté sur les tenants et les aboutissants du secteur. Mais aussi, elles ont permis d’examiner les voies et moyens de mettre en place une mutuelle de santé.
Les interventions rapportées ci-après résument l’essentiel de ce CRD. Aby FAYE Directrice du Centre Culturel Régional de Louga: «Cette rencontre entre de le cadre de la couverture maladie universelle des acteurs culturels de la Région de Louga. Par rapport au contexte actuel, on a remarqué qu’il y a beaucoup d’artistes qui meurent des suites de maladies parfaitement curables, mais faute de moyens. Et par rapport à cela le Ministre de la Culture et de la Communication M Mbagnick NDIAYE a jugé bon de mettre en place une mutuelle de santé pour résoudre ce problème auquel les artistes sont confrontés.
Comme son nom l’indique, la mutuelle consiste à réunir les contributions individuelles et/ou collectives. La couverture médicale prend aussi en charge la famille de l’adhérent. Il y a d’énormes ressources humaines culturelles dont regorge pourtant la Région. Celle-ci est constituée de dix Associations Culturelles, de celle des écrivains, des artistes-plasticiens, des musiciens de l’AMS, de celles des couturiers, stylistes et modélistes entre autres associations. On dénombre une cinquantaine de musiciens. À leur sujet, le Ministre de la Culture, Mbagnick NDIAYE, en rapport avec le cabinet GIPEC va entreprendre un recensement pour mieux structurer et professionnaliser ce secteur trop informel.
D’ailleurs une commission avec en son sein déjà 15 artistes de la région de Louga va rejoindre le Comité National. L’agenda du Ministre de la Culture et de la Communication s’astreindra le devoir de respecter les délais. Pour le rappeler, le critère fondamental d’adhésion est le statut (ou la profession) d’artiste. Qui est artiste? Cette question sera réglée».
Selon Youssou Mbargane MBAYE communicateur traditionnel, membre fondateur de FESFOP (Festival International de Folklore et de Percussion de Louga) mais aussi président du Comité National de relance du théâtre populaire au Sénégal le complétera en ces termes: «Nous accueillons cette décision avec satisfaction, avec joie. Car créer une mutuelle pour les artistes c’est les aider à faire face à leurs besoins quotidiens de santé. Jusqu’ici les artistes sont éprouvés par le recours souvent indécent à des téléthons et autres cotisations pour se faire soigner d’urgence.
La suggestion du Ministre de la Culture à créer une mutuelle doit rencontrer l’assentiment de tous les artistes. Il ne devrait plus y avoir de problème de sensibilisation sur cette question. Les enjeux exposés lors de ce CRD suffisent à faire adhérer toute personne potentiellement intéressée. Quand l’art devient un refuge ouvert à tout le monde sans aucune structuration bien normée, ca pose problème. En partant du principe que l’artiste peut souvent gagner gros en un coup, on peut imaginer sa forte capacité d’organisation individuelle.»
LOUGA WEB MEDIAS