Louga : le chanvre et l’alcool « Jakarta » dans le milieu scolaire

Les Collèges de Louga sont-ils en passe de se transformer en lieux de trafic de chanvre indien à Louga ? Tout porte à le croire compte tenu des nouvelles pratiques naguère suspectes, mais aujourd’hui confirmées par des agissements d’élèves et d’un vaste réseau de complicité. L’activité délictuelle des élèves est découverte dans les établissements logés en centre-ville.
Des comportements suspects d’élèves et l’odeur du chanvre a fini de susciter la curiosité des riverains qui, las de s’interroger sur ce phénomène inédit, s’est décidé d’en savoir plus sur des comportements aux antipodes de celui d’un élève en quête de savoir. Recoupements faits, il s’est avéré que bien des collèges de la ville ont des pensionnaires autres que de simples élèves mais doublés de fumeurs de chanvre indien. Et c’est aux heures de pointe, notamment avant les heures de cours et durant les récréations que les adeptes de l’herbe qui tuent se singularisent.
On sort de l’enceinte de l’école, donnant l’air de vouloir se décontracter, pour tromper la vigilance des profs et autres surveillants de l’école. A l’extérieur, des jeunes « rabatteurs » qui semblent amorcer des discussions « amicales » avec aux leur filent de manière subtile des « joints » et des sachets d’alcool communément appelés « Jakarta ». Et pour tromper tout soupçon, l’élève qui feint de se promener, choisit un espace peu fréquenté pour griller son « joint » ou vider son sachet d’alcool en un clin d’œil.
Et les faits ont révélé que les « fournisseurs » sont des faux « vendeurs ambulants » qui glissent leurs marchandises dans des sacs contenant des parfums et produits de corps. Pas plus que ce matin d’ailleurs, de jeunes élèves d’une école privée de la place ont été pris en flagrants délits de consommation par une dame qui les épiait depuis plusieurs semaines. Ce phénomène a pris à Louga des proportions telles que, si on n’y prend garde, risque d’infester le milieu scolaire lougatois en proie à la déperdition.
Situation qui interpelle parents d’élèves