L’ex ministre Bamba Ndiaye traite l’auteur du livre sur le prophète de femme maudite

 « Les derniers jours de Mouhammed »

Hela Ouardi, sur les traces d’Oummou Jamîl

On le sait, la femme maudite d’Abou Lahab, l’impie nourrissait une haine viscérale à l’encontre du Messager d’Allah, Mouhammad(Paix et Salut sur Lui), au point qu’elle jetait ordures et autres insalubrités sur le chemin du Prophète de l’Islam(Psl). Le Saint coran l’a citée, elle et son époux, Abou Lahab parmi les gens maudits, destinés à l’enfer, notamment dans la sourate N° 111(Al massad).

Moussaylimat, prit officiellement le sobriquet de « menteur », à cause des mensonges dont il avait l’habitude  de raconter sur le Prophète Mouhammad(Psl) pour ternir son imâge.

A la lumière de ce qui précède, il importe de dire que les contre-vérités qui jalonnent le torchon de Hela Ouardi ne sont pas du tout nouvelles. Cette dame tunisienne, docteur en littérature française, n’a en réalité, apporté aucun élément nouveau permettant de soutenir une  thèse aussi fallacieuse. Elle prétend, entre autres, que le Massager d’Allah(Psl) ne serait pas mort naturellement, mais « plutôt assassiné par un de ses partisans…» !

De ce point de vue, ce livre pourrait être classé  dans la catégorie des ouvrages de la sîrâ (biographie du Prophète). Or, dans ce domaine, nous savons qu’ Hela Ouardi n’est pas contemporaine du Messager d’Allah(Psl) et que son point de vue ne pourrait être qu’une laborieuse interprétation des textes de la Sîrâ. En la matière, son diadème doctoral en littérature française, ne lui donne aucune qualification scientifique pour se livrer à un tel exercice. Militante engagée du courant de l’islamophobie, actionné et téléguidé depuis des officines occidentales, Hela Ouardi avait pourtant donné les couleurs, en publiant dès 2009 : « Malaise dans la civilisation islamique ».

Se voulant très critique à l’égard de l’histoire de l’islam, Dr Hela, s’est mise à l’apprentissage de l’arabe classique afin d’inscrire son nom dans la longue liste des « Orientalistes », véritables pères fondateurs de l’islamophobie en Occident et dans le monde.

Beaucoup de spécialistes sont d’avis que ce pamphlet, truffé d’interprétations impétueuses et de mensonges historiques ne mérite pas de réponse, mais il est bon d’édifier ceux qui en doutaient encore, sur le caractère provocateur de l’ouvrage en question : qui s’inscrit dans la lignée des « Versets sataniques » de Salman Rushdi et autres pamphlets télécommandés par des stratèges islamophobes, en perte de vitesse.

Je ne saurai terminer, sans pour autant saluer la mesure d’interdiction de vente du livre de Hela Ouardi, prise par les Autorités sénégalaises et remercier, en même temps, tous les patriotes vigilants qui ont signalé la perfide tentative d’introduire le venin islamophobe dans notre corpus islamique.

Il y a certes, une défaillance structurelle au sein de nos organes de régulation. Elle découle de l’héritage néocolonial qui gangrène encore nos institutions, qui ont du mal à s’adapter à notre quotidien réel.

Au-delà de la mesure d’interdiction de vente, les Autorités  politiques et universitaires doivent également revoir les accords de coopération universitaire notamment en matière d’échange de professeurs, pour que de tels personnages islamophobes ne soient plus admis dans nos universités et instituts d’enseignement supérieur, sous quel que prétexte que ce soit.

Nous savons, par ailleurs, que ces missionnaires des temps modernes continueront leur sale besogne de déconstruction et de sabotage contre l’islam, mais qu’ils soient rassurés qu’ils nous trouveront toujours, plus jamais déterminés, à leur barrer la route.

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre des Affaires Religieuses