Les Soninké du Sénégal ont leur mot à dire dans ce référendum…Ils sont derrière Idrissa Diabira

A nouveau, il s’investit dans la vulgarisation des projets du Chef de l’Etat. Idrissa Diabira a bouclé, hier, à Dakar, sa  tournée d’explication des enjeux du référendum. Ziguinchor, Thiès, Matam, Bakel pour rencontrer la communauté soninké, ont précédé l’étape de Dakar. Au sortir c’est sur une note d’espoir que les Soninkés s’accordent à voter «Oui» au référendum, derrière leur leader.

Il était avec Macky Sall pour vulgariser le «Yoonu Yokkuté » (c’est-à-dire la voie de l’abondance : Ndlr) auprès de la communauté Soninké, Idrissa Diabira  se remet à la tache pour faire la pédagogie des points centraux du referendum  du 20 mars aux Soninkés. Connu comme l’un des leaders politiques les plus engagés dans la concertation populaire, Idrissa Diabira est donc encore descendu à la base pour rencontrer les populations soninkés. Après avoir sillonné tout le Sénégal, il a bouclé sa tournée, hier, par l’étape de Dakar.

A l’occasion, le temple du savoir, à savoir l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar a ouvert ses portes à Idrissa Diabira par ailleurs fondateur du Cabinet Interface Afrique et coordonnateur du «Yoonu Yokkuté», le programme de campagne du président de la République Macky Sall qui a séduit des militants sénégalais. Il a à nouveau insisté sur bonne compréhension des points de la réforme ainsi que sur les avantages de ladite réforme pour la communauté en ce qui concerne notamment l’acquisition de nouveaux droits.

Dakar est tout un symbole pour Idrissa Diabira. Il révèle que «Dakar est plus qu’une ville pour le Soninkara (c’est-à-dire la communauté soninké : Ndlr)». Il  considère la capitale sénégalaise comme « la porte d’entrée et de sortie entre le pays Soninké et le monde car c’est de là que de nombreux Soninkés migrèrent dès le début des années 1900, vers la France notamment, dans des migrations dites pendulaires, notamment celles des grands-pères». D’ailleurs souligne-t-il c’est dans ces mouvances que l’un des siens décéda durant la 1er guerre mondiale dans un bateau coulé de la marine marchande française. Il poursuit  en outre que «Dakar pour les Soninkés c’est les Konpo Xoolo (c’est-à-dire dire le chiffre 40 : Ndlr) représentations diplomatiques villageoises». Dakar fait, de ce fait, office de quartier général de chaque village. La Mosquée Soninké, entièrement financée par la communauté soninké et placée sous la garde de l’Imam Abdoulaye bah’, est considérée comme la porte d’entrée officielle du Soninkara à Dakar. Le Chef de l’Etat, Macky Sall a, lui-même, effectué la prière du premier vendredi du mois de Ramandan dernier.

L’étape de Ziguinchor ou réside une forte communauté soninké, a précédé celle de Dakar. Les Soninkés de la commune, notamment ceux du centre culturel de Tilene, les jeunes rangés derrières Mamadou Konté, la rencontre avec Doudou Ka du Fongip, et du Cadre de concertation des artisans, présidé par Abdoulaye Diakhabi…sont les moments forts de cette visite dans la région sud. À chaque étape, des explications soutenues sont fournies à l’attention de la communauté soninké.

Thiès, troisième étape de la campagne de sensibilisation sur les points de la réforme, a réservé un accueil chaleureux au cortège soninké.  A Thiès Niettygad, Idrissa Diabira présente, la capitale du rail comme «Une ville historique de la migration des soninkés». Aujourd’hui l’histoire retient avec la forte présence de la communauté. Thiès a, au moins, deux maires d’origine soninké. Bathily et Wagué font aujourd’hui la fierté de la communauté dans la ville du rail. L’Association Soninkara de Thiès, présidée Mactar Thiam, et autres personnalité ont manifesté un grand intérêt pour la question.   .

Matam a sa part dans la visite. Les représentants de 13 des 16 villages soninkés, les maires de la région et chefs coutumiers ont reçu des explications sur la réforme ainsi que sur les avantages pour la région de Matam, notamment pour les communautés ethniques de la région, voisines des soninkés.

C’est la ville de Bakel qui a l’honneur  d’ouvrir les rencontres avec les soninkés dans le cadre de la tournée nationale de Idrissa Diabira pour échanger et de sensibiliser sur les enjeux du référendum. M. Diabira a procédé profondément échangé avec les jeunes, les chefs de village, les maires sur la question de la réforme.

Les retrouvailles dégagent de bonnes perspectives. Les Soninkés, rencontrés, sont d’accord à voter massivement oui au referendum tout en le reconnaissant comme leur leader.