Les policiers ont écrasé le bassin de Mamadou Diop, l’étudiant tué en 2012

Hier, lors du procès de Mamadou Diop, Me Malick Mbengue s’est ouvertement attaqué à la police pour déplorer leurs bavures. « Lorsqu’ils sont dans les manifestations des politiques ou des étudiants, ils sont presque en situation de guerre », a soutenu le conseil du député Cheikh Seck. Comme si cela ne suffisait pas, l’avocat a brandi une liste de 29 personnes décédées, dit-il, en garde-en-vue ou dans les locaux de commissariats de police. « La police : c’est tuer, égorger, assassiner… », a accusé Me Mbengue avant de conclure : « Il y a un garçon tué à la fleur de l’âge et un député qui marche maintenant avec une canne. »