Les jeunes socialistes ne lâchent pas Macky…Ils dévoilent les manigances de Macky

Le Forum des jeunes socialistes (Fjs) coordonné par Abdoulaye Gallo Diao, membre du Bureau politique et Secrétaire national adjoint chargé des Tic reparle encore de l’épineuse question de la réduction du mandat présidentiel en cours. Et c’est l’occasion pour ces jeunes socialistes de faire un «recadrage» de ce débat et de l’option de démission de Macky Sall qu’ils ne cessent d’agiter. Ils précisent que leur option de se pencher sur ces questions est la réponse à «une préoccupation» de Macky Sall qui «a invité au-delà des leaders, les plénipotentiaires, les cadres et les responsables de Bby, à poser le débat». Ainsi, Gallo Diao et ses camarades qui disent avoir procédé à une «évaluation de l’action politique de la Coalition, après trois ans de partenariat» ont «mis l’accent sur la réforme des institutions et la réduction du mandat présidentiel en cours».
Et s’agissant de la réforme des institutions, ils rappellent que «l’article 57 du projet de Constitution de la Cnri, devant être soumis au référendum dispose : le Président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans. Il ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs». Pour ces socialistes, «une fois que ce projet de Constitution est adopté par référendum, le problème de la durée du mandat présidentiel est définitivement réglé. De ce point de vue, il s’avère nécessaire de comprendre que si le référendum porte sur le projet de Constitution de la Cnri, la modification de l’article 27 de la présente constitution pour réduire le mandat présidentiel en cours sera impossible et inutile».
Encore une fois, insistent-ils, «le référendum ne peut pas porter sur le projet de Constitution de la CNRI et en même temps sur l’article 27 de la présente Constitution dans la mesure où on passe d’une ancienne constitution à une nouvelle constitution». Dès lors, selon eux, «la seule option juridique possible pour permettre au Président Macky de respecter son engagement en la matière, consiste à créer une disposition expresse et transitoire stipulant que le Président en exercice réduit son mandat en cours de 7 à 5 ans. Mais celle-ci peut provoquer une instabilité institutionnelle pour la postérité car si un Président fait modifier une constitution pour réduire son mandat, un autre président peut le faire pour augmenter le sien».
Autant de raisons qui font dire à Gallo Diao & Cie qu’«avant de proposer la démission de Macky comme option», ils se sont posé «d’abord et objectivement un certain nombre de questions sur les conséquences juridiques et politiques d’un tel précèdent». Ils se demandent deux choses. D’abord : «Où se trouve la noblesse et la grandeur entre démissionner volontairement pour respecter un engagement solennel qu’on a pris devant le peuple Sénégalais et être contraint de réduire son mandat par une disposition expresse de la constitution ?» Ensuite : «Si le Président de la République décide de réduire son mandat en cours, quelle est la différence entre démission et application d’une disposition constitutionnelle qui ne figure ni dans le projet de constitution de la Cnri, ni dans la présente constitution ?»