Les Etats africains appelés à s’unir contre l’immigration clandestine

L’Afrique doit s’unir davantage pour une meilleure gestion de l’immigration clandestine, un phénomène qui fait perdre au continent sa jeunesse, a soutenu l’ambassadrice du Zimbabwe au Sénégal et en Gambie, Trudy Stevenson.

« Il est sûr que l’unité de l’Afrique sur la question de l’immigration est importante (…). L’Union africaine en est d’ailleurs saisie. Et il faut absolument que l’Afrique travaille ensemble » sur cette question, a-t-elle soutenu.

Mme Stevenson participait au vernissage d’une exposition sur l’immigration clandestine, samedi au centre culturel Maurice Gueye de Rufisque, à l’initiative de l’artiste rufisquois Ibrahima Wade.

« Le phénomène de l’immigration peut être considéré comme normal, mais au rythme où vont les choses, nous (Africains) perdons notre jeunesse. Au Zimbabwe, nous faisons face au phénomène de la migration de certains de nos concitoyens vers l’Afrique du Sud où ils souffrent de violences », a-t-elle relevé.

Selon la diplomate, parallèlement à la lutte contre l’immigration clandestine, les gouvernements africains doivent travailler à l’élaboration de « véritables politiques » d’emploi en faveur des jeunes, en vue de « redonner espoir » à cette catégorie de la population africaine.

« Les gouvernements africains doivent développer de véritables politiques d’emploi en faveur des jeunes, afin de leur redonner espoir, notamment dans les zones rurales », a déclaré Trudy Stevenson.

Au Sénégal, par exemple, a poursuivi l’ambassadrice du Zimbabwe au Sénégal et en Gambie, « la réalisation des projets d’infrastructures du Plan Sénégal émergent (PSE) doit privilégier l’emploi des jeunes ».

Le PSE est un programme de développement par le biais duquel les autorités publiques comptent conduire le Sénégal à l’émergence à l’horizon 2035.