Les avocats de Habré accusent certains journaux de complicité avec le Palais

Communique de presse:
Dans sa parution du 23 septembre 2015, le journal « l’As » a titré en Une : » Hissein Habre empoisonne son ancien ministre des Affaires Etrangères, Idriss Miskine sur ordre de son marabout. » Depuis la réouverture du procès, le 7 septembre 2015, les attaques sur la personne du Président sont quotidiennes dans certains organes en relation avec la cellule de communication et le Consortium des CAE. Prenant prétexte d’une couverture des audiences du procès, un compte rendu exclusivement à charge, est présenté quotidiennement aux lecteurs.
La défense avait, depuis plus de 2 ans, saisi le CORED(comité de régulation et de la déontologie), de la question de l’enrôlement d’un groupe de journalistes par le Consortium afin de préparer une couverture subjective,scandaleuse du déroulement du procès.
C’est ainsi que de nombreux faits sont passés sous silence et de nombreuses interventions sont tues dés qu’elles n’émanent pas du Procureur et des avocats des parties civiles. Saisi de cette question importante concernant cette concertation minutieuse, en violation de la présomption d’innocence, mais aussi des règles d’éthique et des principes qui régissent la profession des journalistes, entre le Consortium et un groupe de médias, le CORED n’a pas daigné répondre à cette interpellation et à la requête du Président Habré.
Dés lors, est-il étonnant de voir toutes les lignes franchies par des personnes qui se sentent impunies, protégées mais aussi, qui voient l’ensemble des procédures engagées par les avocats du Président Habré, buter sur tantôt des blocages complices des organes sensés réguler la profession, tantôt sur des obstructions de juridictions devant dire le Droit.
Il y a quelque temps , le journal » l’Enquête » avait titré : « Habre tortionnaire, un homme l’accuse », le journaliste devant le juge avait reconnu, n’avoir pas écrit l’article, même s’il porte sa signature, que des ONG tchadiennes et Jacqueline Moudeina ont négocié avec la rédaction et envoyé le texte du Tchad pour publication. Et qu’il ne pouvait rien dire sur les accusations de tortures contre le Président Habré.
Aujourd’hui, l’AS se positionne sur le même registre, des accusations graves et diffamatoires contre le Président Habré concernant la mort de Feu Idriss Miskine.
Idriss Miskine a été l’un des plus proches compagnons du Président Habré.
Devenu Ministre des Affaires Étrangères, il a été approché, plusieurs fois, par le Conseiller aux Affaires Africaines de l’Elysée M GUY Penne pour organiser un coup d ‘Etat avec l’appui de la France. Il en a, toujours informé, le Président Habre et des communications aux médias nationaux et internationaux ont été faites à l’époque sur la volonté affichée des autorités françaises de renverser le régime Habré en cherchant à retourner Idriss Miskine.
Feu Idriss Miskine assistait à une réunion de l’OUA à ADDIS ABEBA quand il tomba malade .Un médecin éthiopien venu le consulter à l’hôtel, lui expliqua qu’il avait un neuro palu et lui déconseilla de prendre l’avion pour le Tchad. Feu Idriss Miskine refusa de retarder son retour au pays et prit l’avion pour le Tchad. Arrivé à Ndjaména, il eut un malaise et tomba dans le coma le soir même. Des médecins tchadiens qui l’ont soigné, peuvent témoigner en leur âme et conscience mais aussi beaucoup d’autres tchadiens qui etaient à ses côtés, connaissent la vérité.
C’est le journal francais Paris Match qui a écrit que: »des sources proches de l’Ambassade de France parlent d’empoisonnement. » C’est ainsi que les Français et les libyens ont manipulé des militaires de la même ethnie Hadjaraî qu’Idriss Miskine pour les faire sortir de l’armée, aller en Libye, et au Soudan, se voir donner argent et armes pour monter une rébellion et revenir attaquer le régime du Président Habré. Des affrontements ont opposé ce groupe de rébellion et l’armée gouvernementale.
D’autres tchadiens d’ethnie Hadjaraï conscients des manoeuvres incessantes de la France et de la Libye et connaissant la vérité, ont continué à travailler avec le Président Habré. Cela signifie qu’il n’y a jamais eu d’assassinat d’Idriss Miskine, tout comme, il n’y a jamais eu une répression ciblant des groupes en raison de leur ethnie.
Dés lundi, une plainte sera déposée et occasion sera ainsi donnée à ces personnes – dont la mission est d’insulter, de salir le Président Habré sans la moindre réserve ou enquête, portées qu’elles sont, par le climat d’hostilité organisé autour de la liquidation du Président Habré, expression de la volonté politique du pouvoir de Macky SALL et par bien sûr, par les milliards du Consortium des CAE- de prouver leurs gravissimes accusations.
Les Avocats.