Le Synpics ne marchera pas vendredi

Les journalistes ne vont pas marcher vendredi prochain. Hier, s’est tenue au ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, une rencontre d’information et de partage entre le Gouvernement et le Synpics sous la médiation parlementaire de Moustapha Diakhaté, Imam Mbaye Niang. Au cours de la rencontre, des points importants ont été abordés par les parties, notamment la question du projet du Code de la presse, la nouvelle convention collective du secteur, la situation sociale, les conditions de travail et l’aide à la presse. À l’issue des discussions, le Synpics qui devait organiser ce vendredi une marche de protestation a décidé de surseoir au mouvement et de donner aux médiateurs un délai d’un mois pour essayer de décanter la situation. Moustapha Diakhaté a informé que le projet de loi sur le Code de la presse a été retiré par le gouvernement à l’Assemblée nationale afin de finaliser un nouveau projet consensuel après un séminaire de partage qui se tiendra au courant du mois d’août. Idem pour la nouvelle convention collective car le ministre de la Communication a annoncé une rencontre regroupant toutes les parties prenantes. Sur les conditions de travail difficiles et la question des cotisations sociales, le ministre du Travail assure qu’il veillera désormais au respect du code du travail et de la législation. A cet effet, les inspections régionales du Travail et de la Sécurité sociale vont poursuivre prioritairement les missions de contrôle dans les entreprises de presse. Compte tenu de ces engagements, Ibrahima Khaliloulaye Ndiaye et Cie ont décidé de surseoir à la marche pour permettre aux médiateurs de trouver des solutions. Mais, la suspension n’est que provisoire.