Le Sénégal veut adhérer à la Convention sur la protection des données personnelles

L’Etat sénégalais, à travers la Commission de protection des données personnelles (CDP), veut adhérer à la à la Convention 108 pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel (STE n°108), a-t-on appris jeudi, de source officielle.

«Le Sénégal a déposé le Jeudi 25 août 2016, les instruments d’adhésion à la Convention 108 pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel (STE n°108) et à son Protocole additionnel, concernant les autorités de contrôle et les flux transfrontières de données (STE n°181)», informe la Commission de protection des données personnelles (CDP) dans un communiqué. Elle rappelle que la validation de la demande d’adhésion du Sénégal par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe lors de sa 32ème réunion plénière au mois de juillet 2015 à Strasbourg en France, la réunion du Comité ad hoc sur la protection des données personnelles (CAHDATA) et la Conférence internationale portant sur la Convention 108 qui se sont tenues du 15 au 17 juin 2016 à Strasbourg, ont permis au Sénégal de réaffirmer son engagement à adhérer à ladite Convention. En outre, au niveau national, le Conseil des ministres du 8 juin 2016 a adopté le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier la Convention. Suite à cela, l’Assemblée nationale a voté la loi le 24 juin 2016 qui a permis la signature des

instruments de ratification, le 03 août 2016. «Ainsi, ajoute le communiqué, la Convention et son Protocole additionnel entreront en vigueur au Sénégal ce 1er Décembre 2016. Dès lors, le Sénégal devient ainsi le 50ème Etat partie de la Convention. Ainsi, en plus de l’Ile Maurice, ils sont les deux seuls pays africains à avoir ratifié cette dite Convention». Selon la CDP, le Sénégal est aujourd’hui, à l’image des 49 autres pays ayant adopté la Convention 108, une destination privilégiée pour les investissements relatifs à la fourniture de services numériques. Car, avec un référentiel juridique similaire, les pays de la Convention 108 ont un espace commun de libre circulation des informations nominatives. Aujourd’hui, le Sénégal est devenu attractif pour les entreprises étrangères, et partant les sociétés nationales peuvent prétendre au marché extérieur de commerce de service. «L’adhésion allège les procédures de conformité à la législation sur la protection des données à caractère personnel. La Convention renforce ainsi le cadre juridique sénégalais, et le protocole additionnel créé un espace commun naturel d’échange et