Le Saes menace pour le non-respect des accords du 16 mars 2015

Le Saes sur le pied de guerre menace. En Conférence nationale des Sections qui réunit le Bureau national et tous les bureaux de Section de l’ensemble des Campus universitaires du Sénégal à Ziguinchor samedi dernier, le Saes s’est préoccupé de « la situation extrêmement préoccupante » des universités, trouvant « la manifestation la plus dramatique » dans « le retard récurrent et systématique du paiement des salaires ». A cela s’ajoute, disent ses responsables, « l’incompréhensible non-respect des délais d’exécution du protocole d’accord du 16 mars 2015 ».
C’est pourquoi le Saes dit « prendre à témoin l’opinion internationale et nationale, notamment la représentation nationale à travers les 6 députés garants desdits accords, tout en précisant qu’il ne sera pas responsable des graves perturbations qui pourraient survenir dans les universités publiques sénégalaise. Ainsi le Saes demande à tous ses militants de refuser de voter des budgets non sincères et non véridiques, de ne pas assumer de charge horaire en L1 et d’arrêter les cours magistraux et l’encadrement par les enseignants de rang B à l’Ucad. Le Saes annonce, en outre qu’à l’expiration de son préavis le 31 décembre courant, il en déposera un nouveau dès le lundi 4 janvier 2016.