Le Roi Salmane d’Arabie Saoudite en colère contre les critiques

Alors que le bilan des morts dans la bousculade de Mina explose passant au double, de 769 à plus de 1 600 décédés, le Roi Salmane d’Arabie Saoudite se montre radical face aux critiques qui fusent de partout quant à l’incapacité de son royaume à gérer le Haj qui d’année en année enregistre plus de pèlerins. «Les déclarations irresponsables destinées à exploiter politiquement cet accident et à diviser le monde musulman sont sans effet sur le rôle, le devoir et l’énorme responsabilité du royaume saoudien à servir les pèlerins», a déclaré le souverain clamant que «le royaume ne permettra jamais à quiconque agissant en coulisse de remettre en cause» l’organisation saoudienne du hadj. Cette sortie du roi fait suite à la vaste polémique qui fait suite au drame de Mina et surtout entretenu par l’Iran qui a officiellement comptabilisé plus de 460 morts.
C’est d’ailleurs la seconde fois que l’Arabie saoudite accuse Téhéran de vouloir politiser cette affaire. Rappelez-vous juste après le drame, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei avait dénoncé des « mesures inappropriées » et une « mauvaise gestion » des autorités saoudiennes, selon lui, sont à l’origine du drame. « Le gouvernement d’Arabie saoudite doit accepter l’énorme responsabilité de cette catastrophe », avait ajouté le guide. Pendant ce temps, dans un communiqué, le président iranien, Hassan Rohani qui était à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies, avait demandé au gouvernement saoudien « d’assumer la responsabilité de cette catastrophe et de remplir ses devoirs juridiques et islamiques à cette fin ». Il avait par la suite déclaré devant des journalistes que la tragédie aurait pu être évitée si les Saoudiens n’avaient pas envoyé leurs soldats les plus aguerris se battre au Yémen contre les Houthis, un mouvement chiite soutenu par Téhéran.