Le PDS veut fouiller le fichier électoral avnt le référendum…Selon L’art 48 du code électoral

Le Parti démocratique sénégalais (Pds), via son secrétaire général national adjoint, Oumar Sarr, a envoyé deux correspondances au ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. Dans la première lettre, les libéraux exigent la communication du fichier général des électeurs.
Et dans la deuxième, ils lui demandent d’engager ses services compétents à prendre les mesures idoines pour la prise en charge de la durée de validité et du renouvellement des cartes d’électeurs. «L’article L 48 (du code électoral : Ndlr) donne un «droit de regard et de contrôle sur la tenue du fichier aux partis politiques légalement constitués».
En application de ces dispositions pertinentes le Parti Démocratique Sénégalais (Pds) vient, par la présente requête, vous demander d’engager vos services compétents à tenir à sa disposition le fichier Général des électeurs aussi bien en support magnétique qu’en format papier pour lui permettre d’exercer les droits de regard et de contrôle qui lui sont reconnus sur la tenue du Fichier», écrit Oumar Sarr dans sa première correspondance.
Dans la deuxième, Oumar Sarr déclare que des milliers de cartes d’électeur expirant en 2016, il est du devoir du département en charge des élections de prendre les dispositions requises pour édifier les électeurs relativement aux décisions prises par l’Etat pour faire face à cette situation.
«Par ailleurs « Le Renouvellement de la carte d’électeur expirée est effectué, aux termes de l’alinéa 5 de l’article cité en référence, l’année qui suit l’expiration (2017) pendant la révision ordinaire ». Ces contraintes imposent aux autorités en charge de prendre les dispositions adéquates permettant à tous ces citoyens, qui ignorent la loi, de ne pas être déchus, à leur insu et involontairement, de leur droit et de leur devoir de voter faute de cartes d’électeur en cours de validité (4.716.822 inscrits en 2006 avec l’opération de couplage CNI/CE). Enfin, la photo de l’électeur ainsi que son adresse électorale, pouvant faire l’objet de modification, conformément aux prescriptions de l’alinéa 8 de l’article cité en référence, l’administration chargée des élections doit prendre les mesures permettant de doter les commissions de révision des listes Electorales, permanentes et / ou itinérantes, de la logistique et du matériel nécessaire à la satisfaction de cette exigence républicaine», note Oumar Sarr.
Compte tenu des développements précédents, les libéraux demandent au ministère de l’Intérieur d’édifier les millions d’électeurs concernés.