Le ministre des Transports promet d’être ferme contre les…

Dopé par ses deux jours de grève, le Collectif des transporteurs et conducteurs du Sénégal menace de remettre ça du 29 au 31 août. C’est la décision prise à l’issue de leur assemblée générale d’évaluation de leur mouvement tenue lundi 22 août dernier à la gare routière des Baux Maraîchers de Pikine. Une décision qui semble exaspérer l’autorité de tutelle. Dans un communiqué diffusé hier par son service de communication, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a déploré «les menaces de grève intempestives qui, en réalité, n’ont aucun impact sur sa détermination à combattre la fraude, à faire respecter les lois et règlements et à moderniser le secteur». Cette précision faite, Mansour Elimane Kane a réaffirmé «sa disponibilité à poursuivre les négociations dans le cadre des commissions mises en place les 30 juin et 1er Juillet 2016, dans le respect strict des lois et règlements en vigueur au Sénégal».

D’ailleurs, «pour l’intérêt du secteur», il les a appelés «à rejoindre les commissions techniques déjà mises en place». Selon lui, «la résolution des problèmes du secteur nécessitent la mobilisation de toutes les énergies des acteurs mobilisées dans le cadre permanent de concertation mis sur pied, dans un climat social serein et constructif. L’Etat est disposé à dialoguer avec tous les acteurs mus par l’intérêt général, la satisfaction des besoins de transports des citoyens sénégalais et la modernisation du secteur». Il a rappelé avoir «reçu pendant le mois béni de ramadan la presque totalité des syndicats du secteur des transports terrestres pour échanger sur les problèmes qui les intéressent». Toutes les autres rencontres, présidées par le Secrétaire général du Ministère, sur son instruction, se sont tenues avec la volonté d’avancer dans la recherche de solutions et mettre en pratique celles qui ont fait l’objet de consensus, a-t-il ajouté.