Le ministère du commerce va construire une importante unité dans la plateforme économique de Bignona

Le projet de la plateforme économique initié par la commune de Bignona fait l’objet de plusieurs convoitises et mobilise beaucoup de partenaires. Chacun veut y construire quelque chose conformément à l’option des initiateurs qui ont prévu cette ouverture aux investisseurs. En plus de la banque mondiale, de l’UEMOA, de la coopération française, du PEDEMAS, du PPDC… le ministère du commerce du Sénégal entre dans la danse et propose la construction d’une unité pilote de transformation de la manque. La construction de cette unité entre dans le cadre du projet d’amélioration de la compétitivité de la mangue sénégalaise. Cette unité semi industrielle va permettre aux acteurs de s’initier aux techniques modernes de transformation et va permettre de faire de la prestation de service pour les unités de transformations présentes dans la zone en leur fournissant la matière première, a expliqué le chef du projet, Jules Abraham Mbaye. Une mission composée des techniciens du projet et dirigée par l’adjoint gouverneur de Ziguinchor chargé du développement était à Bignona Lundi pour identifier le site devant abriter l’unité. La commune de Bignona a déjà donné son aval pour que l’unité soit construite et qu’elle fonctionne avant Juillet 2017 comme voulu par le ministère du commerce. Le Maire de Bignona qui a accompagné la mission se réjouit de l’intérêt que les investisseurs portent au projet projet. Mamadou Lamine Keita a indiqué que cette visite est le prolongement des contacts qu’ils ont faits, des rencontres avec les techniciens du ministère du commerce et le CRD spécial sur la filière manque, organisé à Bignona pour le compte de la région de Ziguinchor. Cette unité et toutes autres infrastructures prévues sur la plateforme sont extrêmement importantes car l’idée, selon le Maire, est que tout ce qui est agro-alimentaire issu de la Casamance soit transformé et valorisé à partir de la plateforme de Bignona. Pour lui, il y a assez de produits fruitiers dans le département et la région naturelle de Casamance qui ne sont pas valorisés. L’objectif est de combler ce déficit d’infrastructures de transformation à travers la plateforme. Autre objectif visé, c’est la création d’emploi à travers les différents services qu’englobe le projet. Il faut rappeler que certaines infrastructures sont déjà réalisées soit par la commune ou par des partenaires ou investisseurs et il reste encore de la place pour tout promoteur, conformément aux orientations et aux conditions définies par le projet dans sa conception

L.BADIANE pour xibbaru.com