Le ministère des Transports rassure…Mais refuse de transiger

Pour sa part, le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement est monté au créneau pour d’abord rassurer les usagers des transports. «Le mouvement de grève n’étant pas généralisé, le Ministère chargé des transports informe les citoyens que toutes les dispositions ont été prises pour assurer la libre circulation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national», informe Mansour Elimane Kane qui précise aussi que «le droit de travailler sera garanti aux transporteurs qui décident de ne pas suivre le mot d’ordre de grève et de poursuivre leurs activités professionnelles, par tous les moyens appropriés». Ces assurances données, le ministre ne compte pas fléchir sur le cas des fraudes de véhicules opérés par certains transporteurs.

Mansour Elimane Kane rappelle qu’en relation avec la Douane, le Ministère chargé du Travail et le Haut Conseil du Dialogue social, il a tenu 4 rencontres avec ledit Collectif les 9, 11, 15 et 16 août 2016 afin de «trouver une issue favorable à toutes les questions soulevées, y compris celle relative aux véhicules immobilisés par la Douane sénégalaisepour aboutir à la levée du mot d’ordre de grève». Et sur ce point parmi les 27 «qui concerne la saisie par la Direction Générale des Douanes de véhicules pour fraudes et dépassement de l’âge réglementaire d’importation (8 ans pour les véhicules particuliers et 10 ans pour les véhicules de transports de voyageurs ou de marchandises, le ministre souligne que «les syndicats n’ont pas voulu entendre les propositions de sortie de crise aménagées, avec beaucoup de souplesse et de clémence, par l’Etat dans le respect des lois et règlements».

C’est pourquoi l’Etat se radicalise également «malgré la menace de grève brandie par le Collectif qui s’est constitué autour de cette problématique liée à l’importation de véhicules en contrebande». Ainsi «le ministère chargé des Transports et le ministère chargé du Travail, en concertation étroite avec la Douane, ont décidé fermement qu’une mesure d’indulgence ne peut concerner les cas manifestes de fraudes. Le respect des lois et règlements ne peut être sujet à une quelconque transaction». Seulement, Mansour

Elimane Kane montre qu’il n’est pas un va-t-en guerre. Il rappelle qu’«il a toujours été ouvert au dialogue pour l’apaisement du climat social» et en veut pour preuve d’avoir reçu les 30 juin et 1er juillet tous les partenaires sociaux du secteur des Transports pour la mise à place d’un cadre permanent de concertation dont l’objectif est d’anticiper, de discuter et régler tous les problèmes rencontrés dans le secteur.