Le même ministre revient laver les députés à grande eau

Pour le ministre de l’économie et des finances, le débat sur non non payement d’impôts des député n’aurait jamais du avoir lieu dans la mesure où tout est parti d’un malentendu, puis que les députés, comme tout fonctionnaire ne peuvent pas ne pas payer l’impôt.

« Je le dis très clairement. Aucun député ne doit de l’argent. Ce que le député perçoit, nous ne le considérons pas comme un salaire. Ils subissent une retenue à la source. Si un député nous doit des impôts, cela veut dire que tous les fonctionnaires nous en doivent. L’idée selon laquelle les députés doivent des impôts n’a pas de sens. Je voudrai vous rassurer. Les députés ne doivent pas aux Impôts et Domaines de l’argent. Cette affaire relève un peu d’une incompréhension », dit-il, avant d’ajouter : » C’est une situation regrettable découlant d’une mauvaise utilisation de l’information sur les dettes fiscales des agences et structures autonomes assimilées, annexées dans le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (Dpbep) de l’année dernière 2016-2018″.

Et Amadou Bâ se fait même coupable devant devant les députés. « Ce qui s’est passé : l’Etat a dit à l’Assemblée, à chaque imputation des impôts, verser cela à l’État. Je suis, en tant que ministre, conscient que le budget de l’Assemblée nationale est insuffisant. On a parlé de retenues à la source, 2012-13. Mais, la grande partie de cela remonte à la dernière législature. Même les TVA précomptées remontent à cette époque. Tout ce qu’on vous réclame n’est pas ce que vous devez. Je voudrais vous demander de nous pardonner pour le tort qu’on a fait aux députés. S’il y a malentendu, c’est nous qui en sommes les responsables », a dit le ministre.