Le HCCT : un instrument de promotion de la démocratie locale !

Nous félicitons tout d’abord la dynamique gagnante de la coalition BBY, qui a effectué un résultat extraordinaire en raflant la mise dans presque tous les départements avec 87,5% des sièges soit 70 sièges sur les 80 en jeux. Nous saluons la vision de son Excellence le Président de la République Macky Sall pour la mise en place du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) qui est pour nous, une institution de parachèvement de l’Acte III de la décentralisation. Aujourd’hui les élus locaux sont mis au centre du processus de développement local avec la territorialisation des politiques publiques telle que voulue par l’Acte III, c’est pour cela que cette institution est salutaire pour la consolidation des acquis en matière de décentralisation. En effet, les difficultés que connaissent notre pays en matière de décentralisation depuis le début du processus en 1972 avec la création des Communautés Rurales(CR) jusqu’à nos jours sont dues en partie à un manque de compréhension des textes par les élus locaux. Ainsi, il faudrait comprendre que la plupart des élus locaux manquent énormément de niveau et les textes qui régissent la décentralisation sont souvent techniques et demandent par conséquent des connaissances basiques en matière de gestion territoriale. Donc face à cette situation, rien n’est plus facile que de taxer les textes d’être compliqués et incompréhensibles, c’est la position favorite de beaucoup d’élus locaux, comme ce fut le cas avec l’Acte III, une réforme pointue mais incomprise par certains élus. En effet, l’Acte III de la décentralisation via le développement territorial pousse les élus locaux à agir dans un enchevêtrement de milieux institutionnels et à investir des lieux marqués par des rapports de force qui exigent d’eux une capacité à dialoguer, négocier et nouer des partenariats. Dans ce contexte, nous dirons simplement que le Président Macky Sall vient d’instaurer un cadre permanent d’échange et de dialogue entre les différents élus locaux mais également un cadre de renforcement des capacités et de perfectionnement de ces derniers en matière de gestion territoriale. C’est en sens d’ailleurs que cette institution constitue un puissant outil de promotion de la démocratie participative. Cependant, certains politicards de l’opposition en contradiction profonde avec eux-mêmes estiment que c’est un sénat ‘bis’ ou encore une institution budgétivore voire inutile, à ces avatars nous leurs rappelons que le HCCT est une institution qui a l’adhésion du peuple, parce qu’elle figurait parmi les 15 points

de la réforme constitutionnelle soumise à nos concitoyens le 20 mars derniers. Ainsi, leur étroitesse d’esprit ne les permet de voir plus loin que le sénat auquel ils comparent le HCCT, mais pour nous le sénat est un passé que nous sommes si fiers d’avoir dépassés.

Mamadou NIANG Chargé de la communication du MEER/National