Le Gabon rappelle son ambassadeur en France après les propos de Manuel Valls (VIDEO)

Les propos de Manuel Valls dans «On n’est pas couché» samedi soir suscitent la polémique au Gabon. Selon RFI, l’ambassadeur de France Germain Ngoyo Moussavou a même été rappelé pour consultation.

En cause, le passage de l’émission évoquant la présence du président Ali Bongo, lors de la marche du 11 janvier 2015, après les attentats contre Charlie et l’hyper cacher. Un humoriste, Jérémy Ferrari, dénonçait cette présence. Manuel Valls a répondu préférer retenir la présence «d’un autre Africain, élu lui, Ibrahim Boubacar Keïta» (ndlr : président du Mali). L’humoriste lui a alors demandé «si Bongo n’a pas été élu» : «Non, pas comme on l’entend», a rétorqué le Premier ministre.

Ces quelques mots ont suscité la colère de la présidence gabonaise et ravis ses opposants. Le ministre de l’Intérieur a exprimé à la télévision sa «surprise» alors que les «deux pays entretiennent d’excellentes relations». «Manuel Valls confirme ce que nous savions déjà. Ali Bongo doit tirer les conclusions de son imposture », a lui confié à RFI l’opposant Richard Moulomba Moumbo, président de l’Arena, Alliance pour le renouveau national.

Ali Bongo, fils du président Omar Bongo, a été élu en 2009. Son élection avait été validée par la Cour constitutionnelle après l’examen de 11 recours en annulation. L’opposition avait alors dénoncé une «mascarade».

Ali Bongo devrait être de nouveau candidat à l’élection présidentielle prévue en août prochain.

1 Comment

  1. Normal, Manuel Valls dit que leur président n’est pas élu démocratiquement.

Les commentaires sont fermés.