L’aile dure du M23 accuse Macky de proposer un simulacre de dialogue autour du Référendum

Abdourahmane Sow et ses camarades de la Commission orientations et stratégies du Mouvement du 23 juin (Cos/M23) rejettent catégoriquement l’appel du chef de l’État à des concertations autour du référendum du 20 mars prochain. « Suite à une concertation interne, la Cos/M23, membre fondatrice du Front du Non ‘Ñaani Bañ na’ tient à informer les Sénégalais que, de son refus catégorique de répondre à quelque appel que ce soit. Que ce soit au niveau des fronts dans lesquels la Cos/M23 est engagée ou en dehors, notre structure refuse catégoriquement de prendre part à ce genre de rencontre qui ne sera qu’une tentative de diversion et de dénigrement et de manipulation des fronts du Non aux yeux de l’opinion », écrivent-ils.

Tout en revendiquant son engagement et son appartenance au camp du « Non », le Cos/M23 considère que « ceux qui répondront à ce simulacre de dialogue, auront trahi la dynamique du refus, et seront tenus pour responsables des conséquences de leur comportement, source de division et d’incompréhension ». « Ayant constaté tout le mépris exprimé par le camp du pouvoir depuis le début du processus, les actes d’intimidation, la politique politicienne mise en œuvre par Macky Sall, la publication du décret de convocation du collège électoral, entre autres actes formels », ladite structure dit refuser de « tomber dans un piège évident qui, assurément, sèmera le doute dans la tête des Sénégalais
Par conséquent, Abdourahmane Sow & Cie avisent et avertissent leurs partenaires et collaborateurs et leur demande d’adopter « une démarche cohérente par le refus et la fermeté », de « rester unis et concentrés sur les objectifs déterminés pour une victoire éclatante du ‘Non’ le 20 mars au soir », de « taire toutes les velléités pour l’intérêt de la Nation, pour la morale, pour la justice et la consécration des valeurs sur le reniement, la trahison et le parjure ». La Cos/23 exhorte les Sénégalais, en général, ainsi que les partisans du « Non », en particulier, « au calme et à la sérénité », à « préserver le bien public et la paix, par un esprit citoyen et patriotique », à « reconstruire un nouveau Sénégal »