La victoire de Karim à Paris à la Une des quotidiens du mardi

Les quotidiens parus mardi traitent en priorité de l’actualité judiciaire, insistant sur le Tribunal de Paris qui déboute l’Etat sénégalais qui voulait la confiscation des appartements de Karim Wade et Bibo Bourgi à Paris, et sur l’autopsie du corps du détenu Ibrahima Fall, dont la mort par balles lors de la mutinerie du 20 septembre est confirmée.
«Exécution de la décision de la CREI à Paris-L’Etat encore débouté», titre Le Témoin, expliquant que le Tribunal de grande instance de Paris refuse de saisir les appartements de Karim Wade et de Bibo Bourgi dans la capitale française.

Ce qui pousse Le Quotidien à parler de «Paris perdu pour l’Etat» avec la justice française qui rejette la requête contre Karim.

«Karim terrasse l’Etat à Paris», note La Tribune, soulignant que Wade-fils garde ses biens en France. Selon le journal, ses avocats jubilent et soutiennent que «cela confirme que les arrêts de la CREI et de la Cour suprême sont dépourvus de valeur».

Sur cette saisie voulue des biens de Karim et Bibo Bourgi, EnQuête constate que «l’Etat perd son Paris». Dans ce journal, déçus, les avocats de l’Etat évoquent la possibilité d’un recours.

«Le juge de Paris refuse de dépouiller ses concitoyens. L’Etat du Sénégal débouté par la justice française», écrit Le Populaire.

Walfadjri sort de cet univers et plonge dans l’enquête sur la mort d’Ibrahima Fall, tué lors de la mutinerie à Rebeuss, et écrit que «l’autopsie confirme la mort par balle».

«Enquête sur la mutinerie de Rebeuss-Les secrets de l’autopsie du détenu abattu», titre L’Observateur.

Donnant les conclusions du médecin légiste, ce journal note des «plaies pénétrantes thoraciques et crâniennes avec perforation pulmonaire droite, des lésions cérébrales et hémorragies de grande abondance, à la suite de coups et blessures par arme à feu».

Le Soleil informe que «l’agriculture confirme ses performances en 2015» avec plus de 350 milliards f cfa rapportés par les productions agricoles, et plus de 5 millions de tonnes, toutes spéculations confondues, produites.

Pendant ce temps, le 14ème anniversaire du naufrage du bateau «le Joola» fait la Une de Sud Quotidien qui note que «la leçon n’est encore pas retenue».

«14 ans après le naufrage du Joola-La Casamance réclame la réouverture du dossier», indique Walfadjri.