La Police de Grand Yoff auteur de graves dérives…Anna Sémou Faye doit stopper un flic agressif

Alerte ! Alerte ! Alerte ! Le directeur de la Sécurité publique (Dsp) Oumar Maal, la Directrice générale de la Police nationale (Dgpn) Anna Sémou Faye ainsi que le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo feraient bien de jeter un coup d’œil sur les graves dérives en cours au poste de police de Grand-Yoff et qui portent l’empreinte d’un policier du nom de Edmond Gomis. Ce dernier qui ignore totalement la très noble mission (assurer la sécurité des personnes et de leurs biens) dont il est investi, sème la terreur et joue au gangstérisme dans le quartier en brutalisant d’honnêtes citoyens au moment où les malfaiteurs font régner leurs lois. Ce Edmond Gomis, qui pense qu’il a droit de vie et de mort sur les populations, a ciblé un jeune du nom de I.B à qui il en fait voir de toutes les couleurs.
Depuis pratiquement plus de cinq ans, ce fameux policier d’Edmond Gomis ne reste pas une semaine sans arrêter I.B. sous prétexte qu’il effectue une vérification d’identité (Vi), le plus souvent dès 20h. Edmond Gomis s’arrange toujours pour mettre la main sur I.B. Parfois, c’est devant la porte de sa maison qu’il l’arrête alors que ce dernier ne se sépare jamais de sa Carte nationale d’identité. Ou alors, il le trouve en compagnie de ses copains l’extrait pour le conduire lui seul au violon sans aucun motif. Une situation qui a révolté tous les riverains du quartier d’Arafat situé à quelques jets de pierres du poste de police.
Hier encore, comme à son habitude, Edmond Gomis, accompagné, de quelques éléments Asp et autres indicateurs, s’est pointé vers 21h à l’endroit où I.B et ses amis ont l’habitude de se retrouver pour discuter. (Ndlr, l’endroit fait pratiquement face au poste de police). Dès qu’il débarque sur les lieux, il se dirige directement vers son souffre-douleur, le prend au collet et le traîne sur la chaussée pour l’acheminer au poste de police. Puisqu’il n’a commis aucun délit qui justifie qu’il soit traité de cette manière brutale, injuste et barbare, I.B s’agrippe au banc sur lequel il était assis. Faisant montre d’une violence inouïe, le fameux policier le traine sur la chaussée. C’est ainsi qu’un taxi lui est passé dessus. Malgré tout, Edmond Gomis s’est employé à le conduire au poste de police avant de le jeter par terre comme un vulgaire malfaiteur dans les locaux de la police. Le jeune homme qui est un épileptique pique une crise devant les agents de police qui ne se sont guère souciés de son état de santé. D’où la révolte de ses amis qui ont alerté ses parents.
Son grand-frère A.D.B, muni de ses médicaments, vient s’enquérir de sa situation et lui porte secours. Mais comme s’ils étaient possédés par le diable, des policiers intiment à ce dernier l’ordre de quitter les lieux et de ne pas assister son jeune frère qui a piqué une crise. A.D.B qui refuse de laisser I.B à son propre sort est copieusement insulté et molesté par des policiers qui lui administrent des gifles retentissantes. Le pauvre s’en sort avec des doigts cassés et des blessures sur tout le corps.

Source l’AS