La lutte contre l’excision fait du progrès…Formation et sensibilisation au menu

Pour éradiquer complètement le phénomène de l’excision en Afrique, l’Association italienne Femme pour le développement (Aidos), en partenariat avec l’Association italienne des auteurs d’audio documentaires indépendants (Audiodoc), a procédé, hier, à un panel sur les mutilations génitales féminines, notamment l’excision. «Partage des résultats de la formation des journalistes en audio documentaire». Tel est le thème de la rencontre. L’organisation non gouvernementale Tostan-Sénégal, avec le soutien du programme conjoint Unicef-Unfa et l’implication du ministère sénégalais de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, à travers la Direction de la famille, a fait bénéficier à des professionnels de l’information et de la communication d’une formation en production de documentaires audio. A cette occasion, Mme Ngom, directrice de la famille, au ministère de la Famille et de l’Enfance, a jugé que les résultats obtenus sont satisfaisants.
«Dans cette promotion de l’abandon de l’excision, le Sénégal s’est engagé très tôt en mettant sur place, avec l’appui des partenaires au développement, des organisations de la société civile, des plans d’actions avec différentes activités et différentes stratégies à développer», a-t-elle confié. «Depuis lors, on s’est rendu compte qu’il y a eu des résultats satisfaisants. Et cette innovation va apporter un plus. Nous avons écouté un documentaire et nous avons senti ce que cela a provoqué au sein de l’assistance», a-t-elle souligné, non sans marteler que «le taux d’excision reste toujours élevé dans certaines zones. Même à Dakar, on a constaté que le taux a changé. Car, nous sommes toujours en train de rechercher des solutions, de rechercher des procédures. Donc, cette innovation majeure va apporter un plus». Trois récipiendaires étaient à l’honneur, lors de cet atelier. Une Burkinabé Céline Oléla, un Malien Al Ousseynou et un Suénégalais Amadou Assy Gano. Ils ont réalisé des audio documentaires dans le cadre de la formation sur la question de l’excision.