La commune de Tenghori à l’ère de l’acte 3 de la décentralisation

(Photo du maire de Tenghori Boubacar Libasse Diémé)…

Pour faire face aux exigences de l’acte 3 de la décentralisation notamment dans la prise en charge des besoins sociaux et économiques, les nouvelles communes (anciennes communautés rurales) ont obligation de s’adapter à leur nouveau statut. Pendant longtemps, les anciennes communautés rurales ont beaucoup souffert du manque de moyens notamment financiers. Avec leur passage au statut de commune de plein exercice, ces collectivités locales sont devenues l’ombre d’elles-mêmes. Pour survivre dans cette jungle que leur impose l’acte 3, certaines tentent de passer par d’autres voies. La taxe communale est devenue la seule issue pour soulager les communes. C’est dans ce processus que celle de Tenghori veut se lancer. Dans peu de temps, les commerçants et autres prestataires installés dans l’espace communale vont devoir payer la taxe en fonction de leur activité et de sa valeur marchande. Mais l’autorité municipale a décidé de commencé par la sensibilisation. Et ce travail de communication a démarré depuis hier Lundi et est suivi de contact direct avec les acteurs à compter de ce Mardi. Ce sera seulement à l’issue de ces rencontres et large diffusion des enjeux de l’acte 3 que les taxes pourront être payées. Il faut noter que la commune de Tenghori est une commune assez spéciale à cause e de sa proximité avec celle de Bignona d’où son caractère de quartier résidentiel pour certains travailleurs de la commune voisine de Bignona. Le quartier Tenghori Transgambienne séparée de Bignona commune seulement par la RN4 est une localité semi urbaine depuis très longtemps mais manque de presque toutes les commodités sociales d’une ville. L’assainissement, l’eau, l’éclairage, la voirie, tout est au point zéro car le budget de la commune de peut même pas prendre en charge le salaire des adjoints au Maire. Comment une commune qui a un budget de moins de 50 millions peut-elles prendre en charge correctement les besoins sociaux de sa population ? Le Maire Boubacar Libasse Diémé (photo) pense qu’avec le recouvrement des taxes, sa commune pourra prendre en charge certaines questions liées à la vie de la population.

L.Badiane pour xibaaru.com

1 Comment

Les commentaires sont fermés.