La CAA à Dakar…Et si Lamine Diack était au sujet des discussions ?

L’ombre de Lamine Diack va encore planer sur la réunion du Conseil de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) qui s’ouvre ce lundi, au King Fahd Palace, en présence de ses 24 membres, élargie à titre exceptionnel, aux présidents des Fédérations de l’Afrique du Sud, du Kenya et du Nigéria qui vont intervenir sur l’organisation des compétitions en Afrique et de la coopération entre la CAA et l’Union Africaine. Fondateur en 1973 de la CAA dont il a été le président depuis la création jusqu’en 2001, date à laquelle il est devenu officiellement président de l’IAAF, notre compatriote est retenu en «otage» dans une prison à ciel ouvert, à Paris, par la justice française qui a confisqué son passeport, l’interdisant du coup de quitter ce pays qui l’avait pourtant invité, via son Comité olympique, à venir partager son expérience. Depuis novembre 2015, l’homme qui a marqué d’une empreinte indélébile l’athlétisme mondial est au coeur d’un supposé scandale de dopage qui peine pourtant à livrer son verdict…