KOLDA: Lutte contre l’excision…L’ONG TOSTAN évalue ses forces et ses faiblesses

Dans le cadre de la promotion et de la défense des droits humains, l’ONG Tostan a fait ses preuves dans ce sens. Aujourd’hui, il est question de partage un bilan avec les différents partenaires. Ainsi en terme de foints forts ou d’acquis, on note: la forte implication des chefs de villages,, la présentation des arguments sanitaires et juridiques, l’implication massive des autorités sénégalaises, gambiennes et Bissau guinéennes. Malgré ces quelques réussites, des points de faibles ont été enregistrés. Il s’agit entre autres: l »absence de certains maires dans les activités et la faible participation des jeunes, et surtout la réticence de certains villages a l’abandon de l’excision. D’ailleurs., le coordonnateur régional de Tostan renseigne que certains villages renvoient hors des lieux les agents d’information et de sensibilisation.. Face à ces quelques manquements, Tostan recommande la synergie des structures intervenant dans ce domaine, l’application de la loi contre l’excision, l’implication. Des religieux convaincus dans les activités de sensibilisation, mais aussi et surtout l’implication des maires et conseillers départementaux. Dans sa ferme volonté de vaincre le fléau, des perspectives pour 2016 sont dévoilées. Il s’agit pour Abdoulaye Diao: l’extension du projet jeune dans 30 autres villages frontaliers à la Gambie; l’extension du programme UNICEF dans 30 villages de la région de Kolda; l’extension d’un programme financé par Planet Wheeler dans 20 villages. Ainsi, les participantes et participants à cette rencontre de partage bilan, ont affirmé leur volonté de faire cause commune avec Tostan dans le sens de l’abandon de l’excision dans cette région où le mal est fortement décrié
EL HADJI. MAEL. COLY