Khalifa Sall accusé de vouloir falsifier une décision du comité central du PS

Dans un communiqué en date d’hier, mardi 29 mars, le Forum des jeunes socialistes (Fjs) estime que, contrairement aux allégations du maire socialiste de Dakar, le Comité central du Parti socialiste (Ps) n’a pas encore statué sur la candidature du parti à la prochaine présidentielle. De l’avis d’Abdoulaye Gallo Diao, coordonnateur du Fjs et compagnie, Khalifa Sall «falsifie» une décision d’une instance souveraine.

La question de la candidature du Parti socialiste (Ps) à la prochaine présidentielle semble toujours être un tabou au sein du parti. En tout cas, le maire de Dakar qui aurait déclaré que le Comité Central dudit parti a déjà décidé que le Ps aura un candidat à la prochaine élection présidentielle, a été «démenti» par le Forum des jeunes socialistes (Fjs).

Dans un communiqué publié hier, mardi 29 mars, Abdoulaye Gallo Diao, coordonnateur dudit forum et compagnie estiment que «déclarer que le Comité Central a déjà décidé que le Ps aura un candidat à la prochaine élection présidentielle, consiste à falsifier une décision d’une instance souveraine».

Regrettant ainsi «un manque symptomatique d’honnêteté et de sincérité» de la part de leur Secrétaire national à la vie politique, les jeunes protégés d’Ousmane Tanor Dieng, Sg du Ps, demandent «à la direction du Ps, de publier le Procès-verbal n°0001/CC/PS/2015 de la première session ordinaire du Comité Central». Pour eux, ce serait non seulement une manière de montrer à l’opinion que le Comité central n’a jamais pris une décision pareille, mais aussi que la question n’a pas été à l’ordre du jour.

Par conséquent, le Fjs a tenu à préciser que, dans sa communication, Ousmane Tanor Dieng a rappelé simplement que «le principe fondamental, l’essence même de tout parti politique particulièrement le Ps est la reconquête et l’exercice du pouvoir». Des propos qui, à leur avis «ont reçu un standing ovation de la part de tous les membres présents dans la salle», sans pour autant qu’une décision sur la candidature du Ps à la prochaine présidentielle soit prise.

Revenant par ailleurs sur le référendum, notamment sur l’instance au sein du Ps habilitée à déterminer la conduite à prendre pour le scrutin en question, le Fjs estime que «déclarer que le Comité Central  est seul habilité à statuer sur la position de notre Parti au referendum relève d’une ignorance exagérée  du mode d’organisation et de fonctionnement des instances de direction du Parti Socialiste, issues du 15ème Congrès Ordinaire». De l’avis de ces jeunes socialistes, «le Bureau politique du Ps a entièrement compétence pour décider de la position à adopter au référendum comme il l’avait fait en 2001».

1 Comment

  1. Ne pas se laisser entraîner par les titres dont ils inonderont la presse pour détourner l’attention.
    12 381 bureaux de vote annonce le ministère de l’intérieur pour donner aux sénégalais ce qu’il y a comme cartographie électorale du Sénégal.
    13 594 bureaux de vote déclare le juge pour annoncer les résultats. Durant le processus de vote, les bureaux ont augmenté de 1 213. Avec une moyenne de 500 électeurs par bureaux, c’est pas moins de 606 500 votes fictifs qui ont été comptabilisé pour le OUI. Ce qui permet de voler la victoire du NON pour la donner au OUI et de hausser le taux de participation.
    Face à ces évidences incontestables, je n’attend des fanatisés que des « va chercher du boulot », « tu es hors sujet », « le référendum est derrière nous », « tu ne peux digérer ta défaite », etc, etc. Tout ce qui peut détourner du sujet est le bien venu. Le seul argument possible, c’est le refus d’argumenter, un gros « Maa tey ». Une vérité s’affiche plus clairement: ces réformes sont obligatoires à Macky à tout prix, même au prix du gonflement des bureaux de vote. La raison de ce référendum n’est pas encore dite au peuple sénégalais.
    NB
    Je soupçonne que ni le juge, ni un autre du pouvoir n’ira aborder ce sujet pour tenter une explication de ces 1213 bureaux de vote fictifs. Ils tenteront, comme a commencé de le faire Mimi Touré, de noyer l’affaire par le lancement de d’autres sujets dans les titres des médias. Quitte à payer. Nous aurons prochainement beaucoup de titres sur le statut de l’opposition, le chef de l’opposition, Tant de milliards « investis par telle banque, un joli chiffre offert par le FMI, traque des biens mal acquis, récupération des « biens » de Karim, etc. Mais le sujet de la fraude, ils le fuiront. Même leurs fanatisés sont en train de chauffer leurs insultes.

Les commentaires sont fermés.