Kédougou : Une lionne investit dans les rizières depuis 20 ans

Mme Adja Aïssatou Aya Ndiaye (photo), « La lionne du Niokolo » continue son combat de promotion des droits économiques de la femme et de lutte contre l’insécurité alimentaire dans la région de Kédougou.
A environ 8 km à l’ouest de la commune de Kédougou, tout près de la nationale (RN7) c’est là que se situe la ferme des femmes. S’étendant à perte de vue, ces rizières soigneusement aménagées sur environ 100 ha ne sont pas vierges.
Sur place, un peu plus d’une quinzaine de femmes, pieds nus, courbées s’attellent au désherbage. Ces mains expertes savent identifier le riz des mauvaises herbes. Sur leur passage, 3 jeunes ramassent les tas d’herbes abandonnées dans le champ. Pour dominer ce travail pénible mais ô combien exaltant, les femmes n’hésitent point à fredonner quelques airs de chants dynamogéniques. rizière champAinsi, les touffes d’herbes disparaissent progressivement sur leur passage laissant les tiges de riz se balancer au gré de la direction du vent.
Accompagner la politique du chef de l’Etat
Le sourire aux lèvres, Mme Adja Aïssatou Aya Ndiaye, la présidente du conseil consultatif régional des femmes de Kédougou, par ailleurs présidente du gie Koba-Club1, conseillère économique, social et environnemental place l’agriculture au cœur de ses actions de développement.
« Nous disposons d’une superficie de 100 ha. Cette année nous n’avons pu cultiver que 20 ha aux femmes sur l’ensemble des deux fermes que nous possédons. Nous sommes soutenues par SODEFITEX Bamtaaré, le PAPIL et le PADAER en termes de labours, de semences et d’engrais. Nous attendons les 15 tracteurs que le président de la République a promis à la région de Kédougou pour l’année prochaine. Nous, les femmes de Kédougou sommes engagées à accompagner le président de la république pour que son rêve de ne plus voir les sénégalais importer du riz soit réalisé » a-t-elle ajouté
Elle reviendra à la charge pour dire : « Depuis près de 20 ans nous sommes en train de cultiver la terre. Seule l’agriculture peut développer un pays. Cet amour pour la terre ne quittera jamais les femmes de Kédougou ».
Du riz produit et consommé à Kédougou
Il faut dire qu’une partie de cette production est prédestinée à la consommation, l’autre à la commercialisation. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) s’est déjà positionné comme acheteur potentiel. Le riz sera ainsi décortiqué, blanchi puis redistribué aux écoles pour la consommation dans les cantines scolaires. Le Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture et à l’Entreprenariat Rural(PADAER) a déjà acquis quelques décortiqueuses à riz. Toutefois, la présidente du comité consultatif régional des femmes de Kédougou reste perplexe par rapport à la possibilité d’en faire bénéficier à tous les groupements de producteurs de riz notamment, les femmes.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com