Kédougou : Les acteurs méditent sur la réforme foncière

La Commission Nationale de Réforme Foncière (CNRF) a organisé ce mercredi 10 juin 2015, un atelier intercommunal pour conduire la réforme foncière. La cérémonie officielle d’ouverture a été présidée par M Papa Demba Diallo, le préfet du département de Kédougou.
Les obsolescences et les insuffisances constatées dans la loi relative au domaine national ont rendu nécessaire et urgente la réforme foncière, à partir de la définition d’une nouvelle politique foncière adaptée aux nécessités de développement. C’est pourquoi, le gouvernement du Sénégal a mis en place par décret n° 2012-1419 du 6 décembre 2012, la Commission Nationale de Réforme Foncière(CNRF) pour prendre en charge cette préoccupation. La CNRF accorde une importance capitale à l’implication de tous les acteurs à la base à travers l’organisation d’ateliers de concertations décentralisées afin de leur donner la parole.
A Kédougou un atelier intercommunal a rassemblé ce mercredi 10 juin 2015, les différents acteurs à la base.
Partir des propositions formulées à la base
« Les concertations occupent une place centrale dans cette réforme foncière car il faut partir des propositions formulées par les acteurs à la base. Au cours d’une concertation exclusive qui ne comporte sue les élus locaux et les acteurs à la base. Ateliers départementaux vont présenter leurs propositions. Il faut donner des droits réels pour que les paysans puissent investir » a indiqué M Oussouby Touré, consultant, membre de la commission technique de la reforme foncière
Il s’agira d’analyser les pratiques foncières locales pour déboucher sur des propositions de réforme, confronter les propositions formulées par la CNRF à celles retenues par les acteurs puis faire la synthèse des éléments retenus.
Trouver des solutions au niveau local
« L’Etat accorde une importance capitale à la reforme foncière pour trouver des solutions au niveau local. Je manifeste l’engagement de l’administration à vous accompagner. Il y aura un atelier départemental qui fera la synthèse de ces informations. Au sortir de cette réforme, nous avons bon espoir qu’il y aura une meilleure pratique sur le foncier » a souligné M Papa Demba Diallo préfet de Kédougou.
Tenir compte des spécificités au niveau local
Au Cdeps de Kédougou, les différents acteurs ont donné leurs points de vue sur cinq principales thématiques : les pratiques de gestion foncière, les droits fonciers et les outils de gestion foncière – la situation foncière des femmes et des jeunes ruraux, le cadastrage et l’enregistrement des droits fonciers- la sécurisation des parcours et de l’accès du bétail aux ressources pastorales – les instances de gestion foncière de proximité. A Kédougou, un accent particulier a été mis sur les mines, une spécificité de la région.
«Normalement en fin décembre 2015, nous serons en mesure de mettre en place une nouvelle loi cadre sur le foncier. Nous prenons en compte plusieurs aspects dans cette réforme notamment les dimensions culturelle, économique et sociale. Les spécificités locales également sont à prendre en compte. Nous avons bon espoir qu’avec cette nouvelle réforme, les problèmes liés au foncier seront de vieux souvenirs » a précisé M Oussouby Touré, consultant, membre de la commission technique de la reforme foncière.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com