Kédougou : Le projet DGE 75 évalué à 250 millions CFA

L’auberge Thomas Sankara de Kédougou a abrité un atelier de partage et d’échanges sur les résultats à mi-parcours du projet DGE 57 mis en œuvre par l’Agence Nationale de Conseil Agricole Rural(ANCAR).
L’agriculture sénégalaise a connu ses dernières années une évolution en dent de scie. Les productions ont connu une baisse importante à cause des pauses pluviométrie notées durant l’hivernage. Malgré les subventions de l’état, le déficit de semences de qualité et la vétusté du matériel agricole, l’accès aux fertilisants (engrais chimique) reste encore des obstacles pour les paysans.
C’est la raison d’être du projet DGE 57, élaboré pour une durée de trois ans, allant de 2013 à 2015 et estimé à un coût de 250 millions de francs CFA. Ce projet se fixe comme objectif de relancer la culture de céréales sèches dans la zone du Sénégal oriental et haute Casamance (SOHC). Il vise à contribuer à l’autosuffisance alimentaire en vulgarisant un paquet technologie innovant capable d’améliorer la productivité et la production de céréales.
Ainsi dans la mise en œuvre des activités il est prévu chaque année de faire une évaluation à mi-parcours pour cerner les difficultés et succès enregistrés au moment de l’opérationnalisation des activités.
Cette rencontre qui s’est tenu à Kédougou ce jeudi 28 avril 2015 tient lieu de bilan annuel de la DGE .Elle a regroupé les producteurs, les services techniques et projets, les autorités de la région de Kédougou afin de discuter sur l’exécution du projet durant la campagne 2014 2015.

lamine diop kédougou
« Pour réussir ce projet, nous misons sur le renforcement des de capacités des organisations de producteurs en dynamique organisationnelle, la mise en place de comités de gestion, et la mis à disposition d’engrais et de semences .Mais nous souhaitons que les producteurs puissent assurer le schéma de remboursement. Nous voulons également instaurer un fonds revolving pour pérenniser le projet. Pour tout ce qui est achat de matériel agricole, l’Etat doit soutenir les producteurs. Avec de simples houes, on ne peut pas faire de grandes superficies » a souligné Lamine Diop, le point focal du projet DGE 57.
A terme, cette rencontre permettra à l’équipe de l’Agence Nationale de Conseil Agricole Rural(ANCAR) de partager avec les producteurs sur la situation de mise en œuvre du projet DGE 57, d’identifier les difficultés et solutions préconisées pour mieux faire une programmation des activités de la campagne 2015.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com