Kédougou : La journée de solidarité aux acteurs de l’économie informelle est fêtée

Cette année, Mme Assa Diallo, la coordonnatrice régionale de l’unité de gestion d’actions positives pour la syndicalisation des travailleurs et travailleuses du secteur de l’économie informelle, a eu l’honneur d’accueillir le niveau national pour célébrer à Kédougou, la journée internationale de solidarité aux acteurs du secteur informel.
C’est en masse que les travailleurs et travailleurs du secteur de l’économie informelle ont battu le macadam ce mardi 15 Décembre 2015. .Des responsables ou représentants de coordinations sont venus de toutes les régions du Sénégal (Tambacounda, Kaffrine, Kaolack, Sédhiou, Matam, Saint-Louis entre autres) pour prendre part à cette importante journée. Ainsi, la coordonnatrice nationale, Mme Marième Sakho Dansokho, et compagnie ont sillonné les principales artères de la commune de Kédougou pour informer et sensibiliser les acteurs de l’économie informelle et le reste de la population sur le sens et la portée de la célébration d’une telle journée.
Il faut dire que ce projet de syndicalisation des acteurs de l’économie informelle est mis en œuvre par la CNTS l’UDTS, la CSA et l’UTS avec la collaboration privilégiée de la Centrale Générale des Syndicats Libéraux de Belgique( CGSLB) et du MSI. La cérémonie officielle de la célébration de cette journée s’est déroulée dans la cour de l’école maternelle municipale de Kédougou. Pour joindre l’utile à l’agréable, les artistes locaux ont fait de belles prestations.
De Mme Assa Diallo, la coordonnatrice régionale de l’unité de gestion d’actions positives pour la syndicalisation des travailleurs et travailleuses du secteur de l’économie informelle, à Mme Marième Sakho Dansokho, la coordinatrice nationale, tous les différents orateurs exigent de l’Etat la prise charge des préoccupations des acteurs de l’économie informelle. Les principales doléances des acteurs tournent autour de la couverture maladie et le droit à des pensions de retraite.
« Ce sont les acteurs de l’économie informelle qui supportent l’économie du pays. Ils sont un peu plus de 80% de la population à s’activer dans le secteur informel sans aucune couverture maladie, sans aucune pension de retraite. Et l’Etat ferme les yeux sur cette situation. En acceptant de se formaliser, les acteurs de l’économie informelle espèrent ainsi avoir beaucoup de force pour pouvoir revendiquer leurs droits auprès de a l’Etat » a souligné Mme Dansokho.
Présent à la cérémonie officielle de célébration de cette journée de solidarité Mamadou Mbengue, le chef de service régional du travail et de la sécurité sociale de Kédougou a rassuré les acteurs de l’économie informelle sur sa disponibilité à les accompagner dans la formalisation.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com