Jugement pour yamba : Aliou Diouf esquisse des pas de danse et va serrer la main des juges

La vie dans les prisons sénégalaises est trop dure. La preuve par Aliou Diouf. Ce jeune homme âgé de 22 ans a fait rire tout le monde. Relaxé, il a couru vers le Président du Tribunal pour lui serrer la main….

Avec son ami Ibrahima Touré (28 ans), Aliou Diouf a été appréhendé il y a quelques jours devant la maison d’un grand dealer de chanvre indien que les limiers filés depuis un bon moment. Considérant que les deux hommes ne sont pas présents sur les lieux par hasard, les policiers décident, après avoir perdu les traces du caïd pour qui ils s’étaient déplacés, de mettre les deux gars aux arrêts.

Interpellés devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, Aliou Diouf et Ibrahima Touré ont à tour de rôle, donné leur version des faits. Aliou Diouf, décidément plus agité, a tout nié. Pour lui, il s’est tout simplement trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.

«( …) Ce jour-là, j’étais passé voir mon ami Assane mais il était sorti. J’ai décidé de me mettre devant la maison pour attendre son retour. C’est là que les policiers m’ont arrêté. Je n’ai rien fait. J’ai arrêté de fumer du yamba depuis 2005. Depuis cette date, je fais de mon mieux pour m’éloigner du chanvre indien et des milieux où il pourrait se trouver», s’est défendu le sieur Aliou Diouf.

Prenant la parole à son tour, Ibrahima Touré verse dans la même logique que son coaccusé. Lui aussi dit n’avoir commis aucun forfait si ce n’est aller voir un client sur instruction de son patron. «Je vous jure que je ne fume même pas de la cigarette. J’étais allé voir Assane sur instruction de mon patron. Je suis boulanger, je ne connais que la farine et rien d’autre», a déclaré Ibrahima Touré.

Prenant ses réquisitoires, le procureur de la République a demandé au tribunal de condamner Aliou Diouf à deux ans de prison ferme arguant que celui-ci n’en est pas à son premier coup. Concernant Ibrahima Touré, le maitre des poursuites a requis un mois ferme. Finalement le tribunal, après délibéré, a décidé de relaxer les deux prévenus au bénéfice du doute.

Le moment choisi par le prévenu Aliou Diouf pour s’échapper de la barre du tribunal pour aller tendre ses deux mains au président du tribunal avant que celui-ci ne le rappelle à la raison et lui demande de retourner dans la cave. Ainsi arrivé dans la cave et sans doute conscient qu’il ne va pas dormir cette nuit à Rebeus, Aliou se met à danser comme un enfant occasionnant ainsi des éclats de rires dans la salle.