Jean Paul Dias a parlé… »Qu’il pleuve, qu’il tonne ou qu’il vente, Macky Sall retournera au Pavillon A »

Jean Paul Dias en «Tonton flingueur» est sans équivoque ! Dias Père, qui, semble-t-il, est pris par une forme de rage inouïe clame urbi et orbi que rien n’empêchera le «pèlerinage» du chef de l’Etat à sa chambre 168 du pavillon A. Et le retour de «l’étudiant prodigue» devenu Président se fera dès la rentrée universitaire prochaine. Et cela contre vents et marées !
La guerre est-elle bel et bien déclarée entre le Pouvoir et les étudiants. En tout cas, du côté du régime, on prépare ses munitions et le top départ de la riposte contre les étudiants a été décidé. La formule est signée d’un des alliés du président Sall qui ne masque pas son inquiétude devant l’accueil mouvementé et raté de l’apériste en chef au campus social. Au reste, Jean Paul Dias, «Tonton flingueur», n’en demande pas moins au président de la République de retourner à sa chambre 168 du pavillon A dès la rentrée universitaire prochaine pour parachever le travail. Quel qu’en soit le prix à payer. Pour le leader du Bcg, il est hors de question que le président soit privé de visite au Campus et interdit d’accès à la chambre 168 A. Ce serait, à son avis, une humiliation s’il n’y retourne pas. Sur un ton corrosif et très incisif, le centriste en chef estime que le campus universitaire et social ne saurait être tenu pour un lieu de non droit, un no man’s land, exclusivement, étudiant. Ainsi Dias exhorte-il tous les alliés de la mouvance présidentielle de porter le combat en visitant au préalable leurs anciennes chambres d’étudiants. Aussi le Bcg dénonce-t-il l’agression par jets de pierres visant la personne du président de la République. Et considère qu’il s’agit la d’une initiative non pas de la jeunesse estudiantine dans sa majorité mais seulement d’une frange politicienne instrumentalisée par des adultes irresponsables. Toutefois le patron des centristes demande au chef de l’Etat de ne pas porter plainte ni laisser prospérer une quelconque action judiciaire publique contre les manifestants en question. Ce serait, à son avis une occasion pour un rétablissement de rapports sains entre les étudiants, qui dit-il, devraient saisir cette opportunité pour s’excuser, engager le dialogue avec le chef de l’Exécutif et ouvrir ainsi une nouvelle page de relations pacifiées.
REWMI