Inondations à Rufisque-est : Plusieurs Maisons Envahies Par La Houle

La digue érigée à Thiawlène, un quartier de Rufisque-Est a été ‘’enjambée’’ par les vagues. Dans cette localité où, il y a quelques années, les vagues avaient détruit plusieurs tombes au niveau du cimetière, l’eau s’est encore illustrée. Elle a franchi les infrastructures qui y sont installées récemment et a inondé certaines chambres. Les environs du cimetière de la localité sont aussi complètement inondés, informe la radio Sud Fm, dans son édition de 12 heures de ce mercredi 3 août 2016.

Albé Ndoye, le maire de Rufisque-Est qui était ce matin sur le terrain à Thiawlène où la houle a envahi plusieurs maisons, a reconnu sur les ondes de ladite radio, que la digue a permis d’atténuer la furie des vagues. «Il n’y a pas de dégât matériel. C’est tout juste la houle qui est entrée dans les maisons. Mais pour nous, c’est une alerte. On s’attend de jour en jour à revivre la situation de l’année dernière et les années d’avant. En tout cas, le barrage a quand même bien joué son rôle d’infrastructure de protection. Ce qui reste, c’est le déferlement des vagues qui franchissent la digue pour rentrer dans les maisons. La digue ne peut pas retenir la houle. Parce que lors des travaux, il était question de surélever la digue à une certaine hauteur, mais les techniciens avaient pensé, effectivement, que ça serait un obstacle pour la visibilité des populations. On ne peut pas être à moins de 30 m de la mer et ne pas pouvoir la voir. Ce qui fait que la digue a été limitée à ce stade-là».

Constat fait de visu, le maire s’est félicité de l’érection de la digue qui, selon lui, a joué son rôle. Parce que, dit-il, «n’eut été sa réalisation, les maisons-là auraient été rasées depuis longtemps. Donc, la digue constitue un ralentisseur des vagues. D’autant plus que quand la vague tombe sur la digue, ce n’est qu’une partie de la vague déferlante qui va atteindre les maisons. En tout cas, c’est une situation que les populations vivent chaque année, dans cette période du mois d’août. L’alerte est déjà sonnée. Il nous faut être vigilent, on a sensibilisé les populations pour qu’il n’y ait pas de dégâts matériels au niveau des maisons», a confié Albé Ndoye, maire de Rufisque-Est.