Et si le pèlerinage était confié au Ministère du tourisme

Pèlerinage à la Mecque : Pour une meilleure réussite, l’organisation doit être confiée au Ministère du Tourisme et des Transports Aériens

« La gestion du Pèlerinage est essentiellement une affaire de management de très haut niveau, management stratégique et management opérationnel » disait un journaliste sénégalais. Nous partageons cette réflexion avec cet auteur et approfondissons l’analyse en tant que adepte et professionnel du secteur touristique au Sénégal.

Le pèlerinage est un acte de foi dont l’accomplissement nécessite forcément le déplacement de l’individu de son endroit habituel au lieu de la dévotion. Dans notre jargon cette personne est appelée touriste c’est-à-dire tout visiteur dont le séjour dans le pays visité comporte au moins une nuit ou est supérieure à 24 heures quel que soit son motif, personnel ou professionnel.

Dans le cas du pèlerinage, le motif est purement personnel car le pèlerin effectue un rituel qui est une recommandation divine et prophétique voire le cinquième pilier de l’Islam.

L’élévation et la satisfaction de ce rituel ne posent pas de problème pour les pèlerins mais ce sont les commodités qui doivent accompagner leur séjour avant, pendant et après le pèlerinage à la Mecque qui font défaut.

C’est pourquoi il est important de souligner qu’une bonne et pérenne réussite du pèlerinage de nos concitoyens dépend d’emblée d’une bonne planification des objectifs et d’une bonne mise en place des programmes. Il demande aussi une parfaite organisation qui consiste à répartir le travail surtout quand il s’agit d’une Délégation Générale au Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam.

Ensuite le succès de celle-ci dépendra de l’affection rigoureuse du personnel qualifié pour les postes qu’il représente. La qualification du Délégué Général est aussi primordiale car il doit bien commander, diriger et instruire son personnel. De ce fait, nous ne doutons pas des compétences et des capacités intellectuelles du Dr Abdou Aziz KEBE et du Dr Khadim SYLLA pour réussir cette mission.

Enfin le contrôle qui est l’activité terminale du cycle de management, permet de s’assurer que l’ensemble des fonctions (organisation, personnel, direction) converge vers les objectifs fixés par la planification.

Par conséquent, l’Etat ayant tiré toutes les conséquences des pèlerinages précédents a pris des mesures correctives en mettant sur place la Délégation Générale aux saints de l’Islam pour parfaire l’organisation du pèlerinage.

Cependant, la mesure pouvait être plus approfondie et plus actualisée. La Délégation Générale au Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam devrait être détachée du Ministère des affaires Etrangères et des sénégalais de l’extérieur et rattachée au Ministère du Tourisme et des Transports aériens pour plusieurs raisons principales :

Administrative : Certes le Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur s’occupe de l’octroi des visas aux pèlerins pour se rendre en Arabie Saoudite. Mais, en dehors du quota des visas et de la visite médicale gérée par le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale qui sont en phase « pré-pèlerinage » toutes les entités importantes qui interviennent dans le déroulement du voyage spirituel sont sous la tutelle du Ministère du Tourisme et des Transports aériens.

Technique et commercial: De l’Agence Nationale Aviation Civile Météorologique aux agences de Voyages et de Tourisme communément appelées « Voyagistes, Convoyeur ou Privés » en passant par l’ASECNA, l’Aéroport Du Sénégal, l’Aéroport International Blaise Diagne, la Direction du transport aérien, les compagnies aériennes, ce sont ces structures du Ministère du Tourisme qui interviennent activement dans le déroulement du pèlerinage.

Les agents du Ministère du tourisme ayant été formés et ayant pratiqué toutes les formes de tourisme y compris le tourisme religieux ou de foi sont les mieux habiletés à se charger de l’organisation du voyage des pèlerins.

Avec eux, les négociations pourraient être plus faciles et plus fructueuses pour le contribuable sénégalais car les agents et les acteurs du tourisme entretiennent des relations privilégiées avec leurs collègues du secteur touristique saoudien. Ils partagent les mêmes salons de Tourisme avec les Tours Opérateurs, les agences réceptrices, les hôteliers et les compagnies aériennes saoudiennes. Ils sont tous membres de l’Organisation Mondiale du Tourisme qui définit le Code Mondial d’Ethique du Tourisme et les droits des pèlerins partout où ils se trouvent dans le monde.

La connaissance et la maîtrise du droit international du tourisme et du voyageur par les professionnels éviteraient à nos pèlerins certains préjudices causés par la mauvaise qualité de services fournie par certains prestataires saoudiens et même sénégalais.

Professionnelle : Outre la décision du gouvernement de réduire le nombre de missionnaires de 120 à 20 et la durée de séjour des pèlerins de 35 à 23 jours sont salutaires. D’une part, elle permet de dépolitiser l’organisation du pèlerinage et lui donne un caractère plus serein et plus responsable. L’Etat décongestionne d’autre part les lourdes charges supportées par le contribuable sénégalais au profit des missionnaires alors que leur travail est souvent décrié par les pèlerins.

En plus, l’Etat pouvait moderniser la mission de ces missionnaires en les remplaçant par les guides touristiques professionnels agrées par le Ministère du Tourisme et des transports aériens.

FrontOffice : Le travail des guides est d’être en contact direct avec les voyageurs; ils connaissent les différentes mentalités et réalités des groupes ethniques qui peuplent le Sénégal et contrées les plus profondes du Pays de la Téranga. Ils maitrisent les catégories socioculturelles de chaque groupe et savent ménager les voyages quelque soient leurs motifs de déplacement.

Du point de vue moral, ils comprennent la psychologie et la sociologie des passagers qu’ils assistent et créent toujours un climat harmonieux et convivial au sein du groupe.

En sus, les guides touristiques maîtrisent toute la chaîne qui intervient dans un voyage et appréhendent les commodités des nouvelles technologies qui conditionnent le séjour du pèlerin. Ils peuvent contrôler tous les types de régime et de services qu’offrent les hôtels saoudiens aux pèlerins sénégalais. Ils assistent et orientent conformément à leur déontologie les pèlerins.

Ainsi, les guides peuvent être employés comme des Tour leaders entre les réceptifs, les autocaristes saoudiens, les pèlerins, les convoyeurs et l’Etat du Sénégal. Ils peuvent veiller sur toute la servuction qui intervient dans un voyage forfaitaire « All inclusive », MAP « Modified American Plan » ou sur mesure…

Par ailleurs, l’emploi de ces guides pendant le pèlerinage lutterait contre le chômage et le phénomène de la saisonnalité que souffrent le Tourisme sénégalais en général et en particulier des guides touristiques. Il permet également à ces guides en tant que professionnels du secteur de faire la promotion de la Destination Sénégal auprès des autres nations musulmanes.

En somme, la mission de la Délégation Générale au pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam peut être élargie pour participer au développement et à la promotion de notre patrimoine religieux, matériel et immatériel. La Délégation Générale au pèlerinage doit veiller

également aux pèlerinages qui se tiennent au Maroc (Fez) et en Algérie pour la confrérie Tidjiane, au Gabon (Mayombe) pour la Communauté Mouride et en Mauritanie (Nimzatt) pour la confrérie khadriya.

Pap. TOURE

Manager des Projets et Entreprise touristiques

tourepap7@gmail.com