Enseignement professionnel : Le ministre Mamadou Talla annonce la fin de la centralisation

Le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla a annoncé hier, vendredi 22 juillet, un programme d’autonomisation en matière de gestion ressources des services et directions rattachés à son département. Mamadou Talla a fait cette annonce lors de la cérémonie de lancement d’une formation à l’obtention du titre d’attaché en passation de marchés publics initiée par l’Office national de la formation professionnelle (Onfp).

Une dématérialisation totale des procédures en matière de gestions des ressources au niveau de son département, c’est ce que veut le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla. S’exprimant hier, vendredi 22 juillet, lors d’une cérémonie de lancement de la formation à l’obtention du titre d’attaché en passation de marchés publics, initiée par l’Office national de la formation professionnelle (Onfp), le ministre Mamadou Talla a, en effet, décrété la fin du diktat de Dakar sur les autres régions. Il a notamment annoncé le lancement imminent d’un programme d’autonomisation des services et directions rattachés à son département en matière de gestion des ressources.

«Nous voulons que la gestion des ressources se fasse au niveau de nos centres à l’intérieur du pays et non plus au niveau central. Tout ne peut pas être géré à partir du ministère. Nous sommes dans une phase pilote et plusieurs directeurs et chefs de services ont déjà reçu une formation et ils vont commencer à gérer et à exécuter eux-mêmes leur budget. C’est l’orientation du président de la République. C’est ce que nous mettons en œuvre», a révélé le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat lors de cette rencontre tenue dans les locaux du centre de formation technique et professionnel Sénégal Japon. Poursuivant son propos, Mamadou Talla s’est félicité du lancement de cette formation

qui permettra selon lui, de réduire le temps perdu dans le recours en matière de passation de marchés publics (plus de 200 chaque année) mais aussi apporté une réponse à la question de l’employabilité des jeunes notamment les détenteurs du diplôme Bac + 2.