Elle étrangle son bébé dès sa naissance…Ça se passe à Dahra

Le quartier Montagne, dans l’agglomération de Dahra est secoué par une affaire d’infanticide qui résulte d’une autre affaire de grossesse adultérine. En cause, Fatou Mintou Babou, une jeune femme mauresque âgée de 21 ans et mariée à un commerçant établi à Fatick. Elle est déjà mère d’un enfant. Comme elle n’a jamais aimé son mari, Fatou Mintou Babou a déserté le domicile conjugal pour venir rejoindre sa tante à Dahra au quartier Montagne. Et là c’est le début d’une vie amoureuse avec un certain Mamadou Ndiaye (33 ans), sans profession. Quelques mois après le début de cette idylle, la Mauresque tombe enceinte des œuvres de son petit ami Mamadou Ndiaye qui, malgré tout, continuait à fréquenter la maison. Après 9 mois de grossesse, Fatou Mintou Babou et sa tante se sont rendues au centre de santé de Dahra le vendredi 7 août dernier vers 14 heures.
Là, la jeune femme met au monde un nouveau-né de sexe masculin. Aucune complication notée, le personnel médical lui délivre un bon de sortie. La jeune femme, bébé en main et accompagnée de sa tante, regagne le domicile par calèche le lendemain. Seulement, son plan de tuer le nouveau-né mûri, le mardi 11 août, vers 15 heures, Fatou Mintou Babou profite de l’absence de sa tante pour étrangler son bébé. Après son forfait, elle appelle sa tante au secours lui expliquant que l’enfant n’accepte pas de téter depuis sa naissance .Vite, sa tante et elle, évacuent le nouveau-né au centre de santé avec des gris-gris qu’elles disent qu’on leur a donnés pour les attacher au cou du bébé. Seulement, la thèse brandie par Fatou Mintou Babou est loin de convaincre le médecin chef Mamadou Thioro Mbaye.
Après avoir décelé des traces tout autour du cou du bébé, le médecin a alerté la gendarmerie le même jour vers 18 heures pour enquêter sur cette affaire qu’il juge suspecte. Interpellée et pressée de question, Fatou Mintou Babou avoue et reconnaît devant les enquêteurs que c’est elle-même qui a tué le nouveau-né. «C’est parce que j’avais honte que j’ai agi de la sorte», martèle -t-elle. Le lendemain mercredi 12 août, le corps sans vie du nouveau-né a été transporté à Louga à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye pour autopsie. Les conclusions du médecin légiste ont révélé que le nouveau-né a été tué par strangulation manuelle au niveau du cou. La mise en cause, Fatou Mintou Babou, est placée en garde à vue depuis le samedi 14 août dans les locaux de la gendarmerie de Dahra et doit être déférée aujourd’hui lundi au parquet de Louga pour infanticide.