Ebola et problématique de l’Etat civil à l’école, l’IEF de Kédougou mise sur la sensibilisation

L’Inspection de l’Education et de la Formation de Kédougou vient de boucler une série de foras communautaires dans les communes de sa circonscription afin de conscientiser les parents d’élèves sur la maladie à virus Ebola et la problématique de l’Etat civil.
La problématique de l’Etat civil notamment l’accès à l’extrait de naissance se pose encore avec acuité dans le département de Kédougou surtout en milieu rural .Nombreux sont les élèves qui en pâtissent. A côté, l’école doit jouer un rôle indispensable dans l’éveil des consciences dans le cadre de la prévention contre la maladie à virus Ebola .C’est dans ce contexte que l’Inspection de l’Education et de la Formation (IEF) de Kédougou a bénéficié de l’accompagnement de l’Unicef afin de conscientiser davantage les communautés à bien prendre en charge ces questions fondamentales.
C’est ainsi que les communes de Bandafassi, Dindéfélo, Fongolimbi, Dimboli et Ninéfécha ont-elles abrité des foras communautaires de sensibilisation sur la problématique de l’accès à l’Etat civil pour les enfants et la prévention de la maladie à virus Ebola. Ces rencontres ont mobilisé différents porteurs de voix. Il s’agit des maires, des présidents de Comités de Gestion des Ecoles (CGE), Directeurs d’écoles et conseillers municipaux. Il faut dire que l’implication des inspecteurs de l’Education dans ce combat n’est pas fortuite.
« Nous avons constaté que chaque année, beaucoup d’élèves décrochent faute d’extrait de naissance parce qu’ils n’ont jamais été déclarés dès la naissance ou bien ils ont eu à modifier leurs extraits de naissance dans leur cursus scolaire. Alors que s’il n’y a pas conformité entre la date de naissance qui figure sur le CFEE de l’élève et l’extrait qu’il présente pour la candidature au Bac, ce dernier ne pourra jamais passer cet examen. C’est vraiment une chose que nous regrettons tous» a indiqué Inspecteur Mamoudou Oumar Guèye.
Par ailleurs, il a rappelé l’importance de la pièce d’Etat civil et les conditions pour déclarer un nouveau-né dès la naissance. « Il faudrait que tous es acteurs puissent s’engager dans ce combat l’Education est un droit fondamental pour tout enfant. Le plus souvent le parent se soucie le plus à fêter la naissance de son enfant au lieu de s’occuper de sa déclaration dès la naissance. Cette négligence de l’état civil crée pourtant beaucoup de difficultés aux enfants » a-t-il ajouté.
Par ailleurs les participants ont profité de ces occasions pour fustiger à leur tour cette situation qui pousse beaucoup d’élèves à abandonner l’école. A la surprise générale, en plus de se prononcer sur le problème de l’Etat civil spécifique aux enfants, les participants ont fait part de leurs propres préoccupations. Celles-ci ont pour noms le certificat de mariage, le certificat de nationalité mais également les techniques de conservation des pièces d’état civil.
Il faut dire qu’en plus de l’Etat civil une fenêtre a été ouverte sur la maladie à virus Ebola. Les animateurs de ce forum ont saisi l’occasion pour davantage conscientiser les communautés à être réceptives des nouveaux comportements que les élèves porteront à la maison, comportements relatifs à cette maladie.
« Il ne s’agira pas de rejeter en bloc tous les conseils des élèves mais d’essayer de les mettre en valeur et de les pratiquer. L’hygiène reste la meilleure alternative pour lutter efficacement contre cette maladie » a rappelé Inspecteur Guèye.
Les participants ont promis de démultiplier toutes les informations reçues au cours de ces foras communautaires dans tous les villages voisins.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com