Droit de réponse à Mody NIANG: Il a sa constitution. Et après ?

En ma qualité de sénégalais, militant coordonnateur de section APR/Almeria, Espagne, j’entends par la présente, après avoir lu la contribution de Mr. Mody NIANG dans les colonnes de la presse en ligne intitulée: « Il a sa constitution. Et après ? », Des allégations fallacieuses cherchant à semer le doute dans la tête des sénégalais qui y en sont étalées. En ce sens, je fais usage du droit pour porter ma réponse que je crois profondément et personnellement en âme et conscience être la vérité pour apporter un démenti de tout ce que Mr. Niang a avancé.

« La maturité d’un homme se mesure à chacune de ses réactions au sein de la société qui détermine les termes de sa stature conforme à ses relents humains ». (Jean Jacques ROUSSEAU). Cette maxime, Monsieur Mody NIANG vient de nous la confirmer à travers sa sortie. Sa vanité citoyenne qui s’accrochait aux dénigrements sur les abus de la déraison des pratiques politiciennes de certains pontes du landerneau politique sénégalais s’isole en faisant apparaitre petit à petit sa vraie personne et une opposition immorale très profonde sur tout ce que son Excellence le Président SALL fait en termes de gouvernance nationale pour un Etat de droit. Je me demande peut-être comme bon nombre de mes compatriotes pourquoi une telle posture de Mr. NIANG qui fut même copté à l’OFNAC ?

De prime abord, la première phrase de Mr. NIANG : « ils ont sauvé leur 7 ans » montre qu’il est pour la réduction du mandat de 7 ans à 5 ans donc au non-respect de notre Constitution. Il doute même du triomphe du « OUI » et est contre la comparaison de notre référendum de ce 20 Mars d’avec ceux d’Europe où les taux d’abstention sont très importants et dans le même sillage, accepter qu’on compare nos pratiques démocratiques, éducatives et sociales à ces mêmes pays. Il compare ce taux de participation à ceux de 1963, de 1970 de SENGHOR et de 2001 de WADE qui étaient bien moins impliqués mais face à des sénégalais justes, honnêtes, dignes et d’un patriotisme exemplaire que nous peinons de voir aujourd’hui chez nos hommes politiques et de la société civiles qui composent malheureusement notre opposition.

Les hommes ont changé et sont devenus autres ; des rapaces, des menteurs, des sous fifres, des matamores qui n’ont d’autres objectifs que le pouvoir, usant de tous les moyens pour venir à bout de leurs souhaits ; à situations politiques nouvelles, des stratégies nouvelles. D’abord la question de la légalisation de l’homosexualité puis celles du gaspillage d’argent et du manque de temps lors de ce référendum, des discours inconstants, mensongers et combien dangereux pour la paix sociale. Ceci ne valait-il pas l’implication de son Excellence pour dire la VERITE, sauver la République et défendre son honneur ? Si le « NON » l’avait remporté, ils passeraient à la vitesse supérieure avec le soutien des hommes comme Mody NIANG pour le pousser à organiser une élection présidentielle anticipée quitte à mettre le pays en sang et en feu. Dieu merci, Il est toujours avec les justes.

Pour l’union des Associations Mbacké-Mbacké a qui Mr. NIANG attribue la victoire du « NON » dans le pays Mouride (Touba, Mbacké, Darou Mouhty, Darou Salam, Darou Marnane et Diourbel), si l’hésitation de les critiquer, de les dénigrer de manière acerbe ne retenait plus certains Talibés et simples citoyens sénégalais par respect à ce qu’ils sont, c’est parce que leurs cœurs altèrent la FOI qui devait les habitait à cause de mondanités qui n’a jamais jamais jamais ébranlé les Saints-hommes du Sénégal, Khadim Rassoul en premier.   Nous sommes un peuple où chacun écoute en secret sa conscience pour se faire une idée de ce qu’il est intérieurement car celle-ci ne trompe jamais les âmes justes. Le plus grand bien est d’être aimé de vous-même et de se faire respecter par les autres en adoptant des postures qui forcent l’admiration tout en s’inscrivant dans la vérité, la rectitude, le beau, le juste et le bien. Ces petits marabouts pour la plupart veulent tout avoir sans travailler ; est-ce ceci dans les recommandations de leur vénéré grand- père Cheikh Ahmadou Bamba ? Ou de l’actuel Khalif Serigne Sidy Mactar Mbacké ?

Comme vous le dites, en créant Touba, le Saint homme lui avait donné une vocation de ville proprement spirituelle. Mais aujourd’hui, on voit du tout à Touba : des gens qui n’ont aucune tolérance, qui ordonne à tabasser des talibés, à brûler leurs biens, à saccager leurs voitures et leurs maisons ? Qu’avez-vous dit à cela Mr. NIANG ? Est-ce ceci encore la voie tracée par Khadim Rassoul ? Aujourd’hui, Touba lutte pour que reviennent les bonnes pratiques, Touba lutte pour empêcher l’argent sale, l’argent volé d’être utilisés pour la construction des édifices religieux et sociaux de la cité bénite. Mais aujourd’hui, la ville est en train de devenir un refuge de certains délinquants à col blanc soutenus par certains petits marabouts.

En ce qui concerne l’équilibre des pouvoirs, premier palier sur lequel repose la Démocratie, vous avancez que la Constitution du 20 Mars est loin de réaliser cet équilibre, quelle manque de sérieux de votre part si l’on sait que ce référendum contrairement à tous les autres organisés au Sénégal n’a proposé que 15 points à réformer. Ce qui veut dire que vous soutenez que la Constitution du Sénégal ne garantissait pas jusqu’ici cet équilibre entre nos différentes institutions. Comment alors toutes ces alternances que vous avez-vous-même salué ont pu être opérées démocratiquement ?

Vous accusez le Président SALL d’avoir les mêmes pouvoirs que son prédécesseur et de son Palais, il oriente la marche des Institutions en le manifestant de par son comportement et ses propos. A ceci, je vous dis que son Excellence le Président SALL ne va jamais s’enfermer avec qui que ce soit dans des échanges de propos pour se rabaisser à leur niveau. Le Président SALL est un homme qui ne gère que l’essentiel, le réel, l’important dans le cadre de ce que l’intérêt supérieur de la Nation prescrit. Il répond toujours à ses détracteurs par des actes.

S’agissant des problèmes de notre auguste Assemblée Nationale, Il appartient aux députés d’adopter des postures républicaines tout en ayant comme support de conduite un règlement intérieur qui oblige chacun d’eux à se conformer à la loi. Pour leur nombre, 150 que vous proposez de diminuer, où étiez-vous quand on l’augmentait, qu’avez-vous fait ? Vous avancez encore que c’est le haut conseil de la Magistrature qui gère la carrière des magistrats, qu’entendez-vous par carrière Mr. Niang ? Qui gérait votre carrière à vous ? En répondant à cette question, vous vous ferez une idée de votre manque de sérieux dans tout ce que vous avez écrit. S’agissant des dossiers de blanchiment d’argent, d’enrichissement illicite concernant l’ANOCI, le monument de la renaissance, le Fesman, les plans Jaxay et Reva et dont les auteurs ne sont autres que les pontes de l’ancien régime aujourd’hui soutenus par une certaine classe de la société civile à laquelle vous vous identifiez sont transformés points sensibles qui peuvent provoquer une instabilité nationale.

Vous semblez minimiser la reconnaissance de nouveaux droits que nous saluons tous, le droit à un environnement sain et vous vous focalisez sur Dakar comme si le Sénégal se résumait à la capitale et encore si courte que soit notre mémoire, l’affaire Diène Farba SARR, Ministre du renouveau urbain et du cadre de vie et de Mr. Khalifa SALL Maire de Dakar est encore vivace dans celle-ci et les positions des uns et des autres ont servi d’alibi suffisant pour nous pousser à voir clairement l’objectif qui y était visé avec toujours votre appui. Pour le renforcement des droits de l’opposition et le statut de son chef, vous avancez que c’est une farce sachant en âme et conscience que l’opposition sénégalaise est loin d’être une opposition responsable à qui vous devez d’abord conseiller d’être républicaine, juste, honnête et responsable. Une opposition moribonde qui cherche à longueur de journée à mettre le pays qui leur a tout donné en sang et en feu rien que pour prendre le pouvoir mérite-t-elle un autre traitement si ce n’est celui-ci ?

En dernier ressort, vous conviez les sénégalais soucieux de la Démocratie et de la bonne gouvernance à se mobiliser en vue des élections législatives de 2017 et pour se mettre en orbite pour la présidentielle de 2019, je crains que vous reviendrez après avoir fait le tour pour rechercher ces sénégalais, auprès de son Excellence Macky SALL car cette race de sénégalais n’existe presque plus Mr. NIANG si ce n’est le Président et certains de ces collaborateurs : mais vous pouvez compter sur moi, militant de l’APR/Yaakaar pour ceci.  Vous proposez à fédérer les forces de l’opposition autour d’un front pour la restauration des valeurs morales et républicaines alors que sérieusement ces valeurs vous manquent énormément car on vous accuse même de manquer de courage de se déterminer face à vos ambitions politiques. De quoi avez-vous besoin Mr. NIANG, l’appétit vient en mangeant. Vous avez fait croire aux sénégalais que vous êtes dignes, on verra la suite ; on ne peut pas tromper Dieu. Ceci me pousse à vous dire que la VERITE est une affaire de Dieu ; tout projet humain qui ne s’appuie pas sur elle ne réussira ou ne fera jamais long feu. Prenez la VERITE comme lumière qui éclaire le chemin de votre vie et vous verrez Mr. NIANG.

Malick Wade GUEYE, Coordonnateur de Section APR/Almeria/Espagne.