Douane réalise plus de 577 milliards de Francs CFA de recettes en 2015

La douane sénégalaise a réalisé un chiffre de 577 milliards de Francs CFA de recettes en 2015, soit une hausse de 32 milliards, par rapport à 2014, a annoncé lundi son Directeur général Pape Ousmane Gueye (photo), lors d’un entretien accordé à la RTS en prélude de la journée mondiale de la Douane, célébrée le 26 janvier.
«Cette année (2015) nous sommes à un chiffre de 577 milliards de Francs CFA et par rapport à 2014, nous avons une hausse de plus de 32 milliards. Chaque année, nous arrivons à améliorer nos recettes. Aujourd’hui, la perspective c’est d’informatiser l’ensemble des bureaux de douane sur l’étendue du territoire sénégalais. En principe, à partir de juin 2016, si vous devez exporter des marchandises, vers le Mali, sur toute la scène, vous aurez l’informatique», a affirmé le Dg de la Douane Pape Ousmane Gueye.
Les opérations économiques au Sénégal ont pris un volume tel qu’il est «impensable», pour le Dg de la Douane, de traiter ces transactions manuellement. «C’est dans cette optique que l’Organisation mondiale de la Douane (OMD) s’inscrit pour toujours trouver des outils pour aller vers plus de facilitation, vers plus de progrès pour aller plus rapidement dans le traitement des échanges», a-t-il ajouté.
Le Sénégal est un pays leader en matière informatique. Depuis 1990, nous travaillons sur un système informatisé qui s’appelle GAINDE (Gestion automatisée des informations douanières). «Depuis quelques années nous travaillons maintenant complétement à une dématérialisation de toute la scène de dédouanement. Cela veut dire qu’on va aller vers zéro papier. Donc, toutes les procédures seront automatisées», a dit Pape Ousmane Gueye.
En termes de résultats, le Dg de la Douane a soutenu que l’informatisation du système douanier, «donne plus de sécurité, plus de facilité et plus de sérénité». «Parce que on va arriver à un moment où l’importateur devant sa machine pourra dérouler toutes les séquences de dédouanement, de l’enregistrement du manifeste à l’obtention de son bon, tous les paiements, c’est-à-dire, les paiements en douane, à la banque, etc. L’importateur ou l’opérateur seul dans son bureau pourra faire ces transactions en toute sécurité», a-t-il expliqué.
Pour cette année, l’OMD a choisi de réfléchir sur la douane numérique pour un engagement progressif. En le faisant l’OMD invite ses membres à réfléchir sur les outils informatiques et l’environnement automatisé à mettre en place pour les procédures douanières qu’il faudra automatisées pour améliorer l’environnement des affaires, mais aussi pour un traitement plus rapide des opérations.
Cette journée sera marquée au Sénégal par plusieurs activités, sous l’égide et sous la présidence effective du ministre de l’Economie et des Finances. D’abord, il y aura une prise d’armes, ensuite une cérémonie de décoration et enfin, une partie réflexion.