L’utilitarisme des hommes capables et coupables…Nous allons le redire, Diourbel mérite

Par Modou FALL de Degg moo woor

L’utilitarisme des hommes capables de sa population se constate de jour en jour. Les cadres désertent et les hommes d’affaires investissent ailleurs.

Nous dénonçons le silence des cadres et hommes d’affaire Diourbelois qui sont sensés défendre et soutenir cette localité. Le constat est là, dès qu’ils changent de situation ou de position, ils abandonnent ou ne se soucient plus de leur localité. Nous sommes capables et coupables donc.

L’émergence se construit d’abord de l’intérieur. Elle doit se faire à partir des communautés de base et se sentir par les vulnérables. Aucune localité ne peut se développer sans ses filles et fils.
Il faut une contribution non négligeable des Diourbelois capables et à tous les niveaux.

Rappelons-nous tout de même des bons moments que nous avons passés dans cette localité avec nos amis, nos camarades de classes et nos parents.
Et disons-nous que nous devons rendre la pièce de monnaie.
Devons-nous faire comme les autres, nos ainés, ou allons-nous réagir ?
Cette question est posé à tous les Diourbelois et Diourbelois, quelles que soient leurs situations, leurs occupations ou leurs responsabilités.

Birima a oublié ses origines et Nogaye est devenue une complexée. L’un est devenu un migrant culturel qui refuse de se salir les mains et l’autre ne pense qu’à elle-même.
Aida se plaigne, Aminata a perdu et confiance et espoir, Khadim ne veut pas lâcher et Alioune peine à trouver l’inspiration.

A Diourbel, l’éducation ne se redresse pas, la sante est malade, le héros se fait rare, le sable dérange, l’eau s’éloigne, l’approvisionnement est problématique, l’espace n’inspire pas, bref la population soufre.
Le silence n’est donc pas d’or, il est bien volontairement dehors et il dort.

Responsables politiques occupant la chaise pourquoi ne dites-vous pas au Président Macky SALL que Diourbel attend toujours ces deux engagements : la promesse électorale et la promesse lors du conseil des ministres décentralisé. 209 milliards, la construction d’un centre formation professionnelle, de routes, d’un grand souk, d’un hôtel de luxe, … ?

Citoyens Diourbelois disposant de moyens et hommes d’affaire de la localité, pourquoi ne prenez-vous pas de risques pour investir et soutenir votre localité ?

Même si vous pensez que les risques sont élevés, la noblesse de l’acte l’emporterait certainement sur le bien matériel. Bien qui ne nous accompagnerait point dans notre tombe. Pensez-y.

Seul le bienfait compte et on dit souvent qu’il n’est jamais perdu.

Modou FALL
Diourbelois

Coordonnateur du Mouvement Degg moo woor