Diendéré et ses proches doivent être arrêtés

Le président du Conseil national de transition au Burkina Faso, Chérif Sy a, dans un communiqué publié dimanche rejeté l’accord en huit points que compteraient faire signer aux putschistes les médiateurs de la CEDEAO, proposant à la place un plan en trois points dont l’arrestation et le jugement du Général Diendéré et de ses proches.

Le chef du Conseil national pour la démocratie (CND) et les officiers qui se sont ralliés é sa forfaiture » doivent être arrêtés pour qu’ils répondent de leurs actes », a dit Cherif Sy, exigeant en outre dans le plan qu’il propose et a remise en place des institutions de la Transition » et la dissolution immédiate du RSP ».